17-07-13

Paul Verlaine, Bruxelles 1873

Art.Paul Verlaine.café La Source.1890.jpg

Rapport

À Monsieur le Commissaire en chef de police.

Vers huit heures du soir, l’agent Michel de la 2è division amène au bureau le sieur Verlaine paul [sic], homme de lettres, né à Metz la 30 mars 1844, en logement rue des brasseurs 1, depuis 4 jours venant de Londres, qu’il a arrêté rue du Midi sur la réquisition du sieur Rimbaud arthur [sic], homme de lettres, né à Charleville (France) le 20 octobre 1854, en logement rue des brasseurs 1 depuis deux jours venant également de Londres, lequel déclare qu’il a été blessé au bras gauche d’un coup de revolver que lui a tiré vers deux heures, son ami Verlaine dans la chambre qu’ils occupent rue des brasseurs, qu’il s’est rendu ensuite se faire panser à l’hôpital St Jean, accompagné de Verlaine et de la mère de ce dernier, et sont revenus tous ensemble au logement précité, il n’aurait pas porté plainte de cette blessure, si Verlaine ne s’était pas opposé à son départ, mais se voyant poursuivi par Verlaine qui était toujours porteur de son revolver et craignant d’être tué par lui il avait réclamé le secours de l’agent de police.
J’ai saisi le revolver qui est encore chargé, à la suite de mon instruction Verlaine a été écroué au dépôt communal et mis à la disposition de Monsieur le procureur du Roi.

Bruxelles, le 10 juillet 1873.
[Signature illisible]

http://www.brussel.be/artdet.cfm?id=7921

Paul Verlaine. Photographie prise au café La Source vers 1890.

Toute grâce et toutes nuances, Paul Verlaine

Art.Verlaine.grace-nuances-Vera Rockline

Dans l’éclat doux de ses seize ans,
Elle a la candeur des enfances
Et les manèges innocents.
Ses yeux, qui sont les yeux d’un ange,
Savent pourtant, sans y penser,
Eveiller le désir étrange
D’un immatériel baiser.
Et sa main, à ce point petite
Qu’un oiseau-mouche n’y tiendrait,
Captive sans espoir de fuite,
Le coeur pris par elle en secret.
L’intelligence vient chez elle
En aide à l’âme noble ; elle est
Pure autant que spirituelle :
Ce qu’elle a dit, il le fallait
Et si la sottise l’amuse
Et la fait rire sans pitié,
Elle serait, étant la muse,
Clémente jusqu’à l’amitié,
Jusqu’à l’amour – qui sait ? peut-être,
A l’égard d’un poète épris
Qui mendierait sous sa fenêtre,
L’audacieux ! un digne prix
De sa chanson bonne ou mauvaise !
Mais témoignant sincèrement,
Sans fausse note et sans fadaise,
Du doux mal qu’on souffre en aimant.

Paul Verlaine

En savoir plus sur:
http://www.paperblog.fr/4519169/toute-grace-et-toutes-nua...

Painting: Vera Rockline (1896-1934), Ballet dancer

Chanson d’automne, Paul Verlaine

Art.Paul.Verlaine.chanson-dautomne

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure
Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine

Painting: John William Godward (1861-1922), Head of a Girl also known as The Priestess

En savoir plus sur: http://www.paperblog.fr/3706222/chanson-d-automne-paul-ve...

Paul Verlaine en Arthur Rimbaud

Art.Paul Verlaine.Arthur Rimbaud 1873.jpg

Paul Verlaine en Arthur Rimbaud zijn twee van de bekendste Franse dichters uit de 19de eeuw. Ze hadden een stormachtige relatie die in 1873 uitmondde in een schietpartij in Brussel, waarbij de jonge Verlaine (19 jaar) zijn tien jaar oudere vriend neerschoot.

Beide dichters leven in die tijd in Londen, maar Verlaine komt naar Brussel om de scheiding met zijn vrouw Mathilde te regelen. De jonge dichter komt op 4 juli 1873 aan in Brussel, waar hij in het 'Grand Hôtel liégeois' verblijft (Vooruitgangstraat). Rimbaud vraagt hem terug te keren naar Londen, maar er gebeurt niets. Verlaine koopt een revolver bij een wapenhandelaar in de Sint-Hubertusgalerijen en dreigt ermee zichzelf te doden. Rimbaud en de moeder van Verlaine komen naar Brussel en samen met Paul vestigen ze zich in het hotel 'A la ville de Courtrai' in de Brouwersstraat.

Op 10 juli 1873, rond 2 uur 's nachts, komt het in dat hotel tot een aanvaring tussen beide dichters. Een dronken Verlaine schiet twee keer op zijn vriend, die wordt geraakt in de pols. Samen gaan ze naar het Sint-Jansziekenhuis. Rimbaud wil terugkeren naar Frankrijk, maar vlakbij het station Brussel-Zuid volgt een nieuwe ruzie waarbij Verlaine opnieuw zijn wapen trekt. Op verzoek van Rimbaud grijpt een agent meteen in. Verlaine wordt opgepakt en naar de gevangenis overgebracht. 

Verlaine werd uiteindelijk veroordeeld tot twee jaar gevangenis.

Foto: Paul Verlaine en Arthur Rimbaud, 1873

Het politieverslag van de ruzie tussen Verlaine en Rimbaud wordt bewaard in het Archief van de Stad Brussel:
http://www.brussel.be/artdet.cfm?id=792