30-01-14

Liberté d'expression et 'antisémitisme': discussion ouverte

http://youtu.be/guSqJc98Sg0

'Parlementslid Laurent Louis maakt tot driemaal toe de ‘quenelle’ in het Belgisch parlement'

Brussel, 16 januari 2014

Het Waalse parlementslid Laurent Louis van de partij Parti Populaire lanceerde op zondag 5 januari 2014 zijn nieuwe partijpolitieke beweging “Debout Les Belges”.  Laurent Louis wil met zijn nieuwe partij op 25 mei 2014 meedoen aan de verkiezingen voor het Europees Parlement. Laurent Louis vindt zichzelf geen antisemiet maar hij nam onlangs wel het woord in het Waals Parlement om het beleid van de staat Israël af te keuren en te veroordelen en nam tegelijk de gelegenheid te baat om het anti-Zionisme te loven waarvan hij vindt dat het “noodzakelijk is voor een betere en meer ethische wereld”. Hij vergeleek de Israëlische regering met het naziregime en zei dat “Gaza een concentratiekamp waar het nog erger is dan destijds in het Getto van Warschau.”

Perscommuniqué van het CCJOB:

'Antisemitische schimprede in het belgisch parlement'

Het Coördinatiecomité van de Joodse Organisaties van België (CCJOB) heeft met verontwaardiging kennis genomen van de prestatie van parlementslid Laurent Louis op de parlementstribune buiten de zaak Dieudonné.

De heer Louis dient ons een spectrum van de meest afgezaagde thema’s van het moderne antisemitisme en het klassieke anti-judaïsme op: kinderverkrachting, diefstal, woeker, wereldoverheersing, enz. Hij betwist de Shoah en het aantal slachtoffers en durft met een ongelooflijke onbeschaamdheid de Joden ervan beschuldigen de Shoah te hebben gefinancierd en ten uitvoer te hebben gelegd.

Hij heeft zijn schimprede benadrukt door middel van obscene gebaren en scheldwoorden tegenover de representatieve democratie en de regeringsleden. Zijn tussenkomst doet denken aan de uitspraken van de Rex partij in de jaren 1930. Na de gruwelen van de Tweede Wereldoorlog, hadden wij nooit gedacht dergelijke woorden in een Parlementaire Vergadering te moeten horen.

De woorden van deze onbeschofte onrustzaaier vormen gestelde misdrijven. De Kamervoorzitter had zijn prerogatieven moeten doen gelden en hem ter zitting uit het Parlement zetten. Het CCJOB verbaast zich over de passiviteit van de Kamervoorzitter ten opzichte van de moddervloed die over de Parlementaire Vergadering werd gestort. Deze slapheid is een betreurenswaardig signaal. Het CCJOB interpelleert de democratische politieke wereld.

Het Dieudonné symptoom onthult een afstotende wereld, vol met haat, minachting, racisme en antisemitisme. Wij weigeren dergelijke wereld. Alle democratische politieke krachten moeten waakzaam blijven en zich inzetten om de grondwaarden waaraan wij gehecht zijn te beschermen.

Het CCJOB heeft 2 maanden geleden een klacht ingediend tegen Laurent Louis voor woorden van dezelfde aard en zal opnieuw een klacht indienen voor deze recidive.

Maurice Sosnowski, voorzitter van het Coordinatiecomité van de Joodse Organisaties van België (CCJOB)

http://brabosh.com/2014/01/22/pqpct-u5j/#more-115675
(Vlaamse Vrienden van Israël - 'De enige Vlaamse Zionistische blog op het Internet')

===

Info

Dieudonné : "Crime contre l'Humanité"
http://youtu.be/M5tVzV2kBIw

9 Janvier 2014 - Dieudonné n’a plus qu’Internet. Pour combien de temps encore ?
http://www.numerama.com/magazine/28019-dieudonne-n-a-plus-qu-internet-pour-combien-de-temps-encore.html

21 janvier 2014 - Laurent Louis est renvoyé en correctionnelle
http://www.lalibre.be/actu/belgique/laurent-louis-est-renvoye-en-correctionnelle-52de93c53570ba3e183f6dd5

---

The Friends of Israel
http://www.foi.org
http://www.crethiplethi.com/the-al-nusra-front-s-major-role-in-the-rebel-takeover-of-a-large-syrian-army-arsenal/islamic-countries/syria-islamic-countries/syrian-protests-syria-islamic-countries/2013/

America's Pro Israel Lobby
http://www.aipac.org/

De IsraEllobby
http://www.palestinasolidariteit.be/achtergrond/boeken/2011-09-Catherine.html

---

http://jewishvoiceforpeace.org/

Jewish Voice for Peace: War on Iran
http://fondation-princesse-de-croy.skynetblogs.be/archive/2014/01/22/iran-jewish-voice-for-peace-8083175.html

l'Union Juive Française pour la Paix:
http://youtu.be/G_wNwOEPrOw

---

'Coluche, un clown ennemi d'État' ...
http://youtu.be/2IJF4yoB0vw

Coluche - Les Juifs, l'humour et l'humour juif:
http://youtu.be/vC5OV57AVgk

30-10-13

80% des Belges font confiance au Roi Philippe

Huit Belges sur dix font confiance au roi Philippe, ressort-il samedi d'un sondage RTL-Ipsos.

La confiance est accordée par 74% des hommes et par 84% des femmes. Selon les âges, la tendance est stable: 80% des 18-34 ans ont confiance en le roi Philippe, 82% des 35-54 également et 76% pour les plus de 55 ans. Les aînés sont donc légèrement moins conquis.

http://actualite.fr.be.msn.com/photo/en-images-philippe-et-mathilde-et-toute-leur-petite-famille?page=5

===

80% des publicités alimentaires vantent aux enfants des produits gras

Près de deux ans après la signature par Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé, des chartes d'engagements des professionnels en matière de marketing à destination des enfants, une étude menée par l'UFC-Que Choisir montre que 80% des publicités alimentaires destinées aux enfants sur 24 heures portent toujours sur des produits gras ou sucrés.

http://www.topsante.com/medecine/maladies-chroniques/obesite-surpoids/prevenir/80-des-publicites-alimentaires-vantent-aux-enfants-des-produits-gras-22910

L'Union fait la Force

Image

Le conformisme

Le conformisme, selon le psychosociologue Roger Mucchielli (1919-1981), est l'attitude sociale qui consiste à se soumettre aux opinions, règles, normes, modèles qui représentent la mentalité collective ou le système des valeurs du groupe auquel on a adhéré, et à les faire siens.

En psychologie, Solomon Asch (1907-1996) explique les raisons du conformisme d'un sujet ou d'un groupe de sujets : ce serait pour éviter d'une part le conflit (entre deux opinions différentes : l'une exprimée par la majorité, l'autre exprimée ou représentée mentalement par le sujet en minorité) et éviter d'être rejeté par la majorité. Pour Asch, le conformisme correspond à un suivisme, dans lequel le sujet qui se conforme n'adhère pas aux opinions de la majorité, c'est un suivisme de complaisance. Autrement dit, il sait que son opinion est la bonne mais suit verbalement la majorité. Le conformisme serait également engendré par une carence informationnelle, une pression normative et par l'attractivité du groupe majoritaire.

« Le conformisme se manifeste par le fait qu’un individu modifie ses comportements, ses attitudes, ses opinions, pour les mettre en harmonie avec ce qu’il perçoit être les comportements, les attitudes, les opinions du groupe dans lequel il est inséré ou il souhaite être accepté » (Jean-Paul Codol, 2001)

Le conformisme est généralement considéré, aussi bien en sociologie qu'en politique, comme une faiblesse individuelle, une difficulté à s'affirmer en tant qu'individualité. Car le conformisme n'est pas seulement une adhésion mimétique avec un cercle d'opinion, c'est également l'adoption des attitudes du groupe auquel on veut adhérer ou duquel on subit l'influence ou la pression. Ainsi, derrière la vision d'un conformisme de classe se cache une cascade de conformismes comportementaux qui sont cultivés et recherchés par des groupes de pression dont les intérêts sont économiques, politiques ou religieux, avec en arrière-plan l'idée commune d'asseoir et consolider un pouvoir ou une hégémonie.

Le conformisme est répandu dans les environnements sociaux tels que les établissements d'école primaire et secondaire, voire dans les universités.

On dit d'une attitude, comme par exemple « suivre la mode », qu'elle est conformiste lorsqu'elle va dans le sens général. C'est l'ambivalence de l'intégration sociale : « Faire comme les autres, être comme les autres, ne pas se distinguer des autres » (et bénéficier de la puissance que l'on acquiert en tant que membre du groupe)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conformisme

22-10-13

Exportations d'armes belges: chaque année un milliard d'euros

Syrian.terrorists.Selim Idriss.verhofstadt.jpg

La moitié des armes à feu européennes vendues au Moyen-Orient sont belges

21 octobre 2013

Au sud du pays, on fabrique plutôt des armes à feu, des véhicules et des munitions tandis que le nord exporte, lui, des écrans et de l'électronique à des fins militaires.

Au total, les exportations d'armes belges rapportent chaque année de l'ordre d'un milliard d'euros, dont les deux tiers au profit d'entreprises wallonnes. Le GRIP et le Vredesinstituut organisaient lundi une conférence sur le commerce d'armes belges à l'occasion du dixième anniversaire de la régionalisation de cette compétence. Celle-ci n'a pas freiné les exportations, selon l'étude, qui ne relève que très peu de refus d'exportation, tant au nord qu'au sud du pays. 

Un point positif toutefois: ce négoce jouit aujourd'hui d'une plus grande transparence. "C'est surtout le cas en Flandre où beaucoup d'informations sont livrées à chaque transaction individuelle", selon Nils Duquet, membre du Vredesinstituut. Cette transparence accrue permet d'avoir une meilleure idée des livraisons d'armes. Ainsi, 48% des armes à feu européennes exportées vers le Moyen-Orient proviennent de Belgique, notamment de la FN de Herstal. Représentant 30% de ses exportations, cette région reste l'un des principaux marchés de l'entreprise wallonne.

 A l'échelle européenne, la Belgique est toutefois un acteur moyen sur le marché des armes. La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne -qui fabriquent chacun des avions, des chars et des bateaux de guerre- totalisent ensemble 60% des exportations européennes d'armes. En matière d'armement, Flandre et Wallonie ont chacune leur spécificité. Au sud du pays, on fabrique plutôt des armes à feu, des véhicules et des munitions tandis que le nord exporte, lui, des écrans et de l'électronique à des fins militaires.

http://www.lalibre.be/actu/belgique/la-moitie-des-armes-a-feu-europeennes-vendues-au-moyen-orient-sont-belges-52657dde3570c8cf50b9328c

Photo: Former Belgian Prime Minister and leader of the European liberals, who was pleading for military interventions in Libya and Syria, pleading for the delivery of weapons to the so called Syrian ‘opposition’.

La Belgique est responsable pour le terrorisme en Syrie

terrorists.syrie.moslimjongeren.jpg

Jejoen Bontinck inculpé pour terrorisme

19 octobre 2013

Jejoen Bontinck, le jeune Belge qui a séjourné durant huit mois en Syrie, a été inculpé pour participation à des activités d'un groupe terroriste et placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction d'Anvers, a indiqué samedi le parquet fédéral. Le jeune homme comparaîtra mardi devant la chambre du conseil qui devra décider ou non de la prolongation de sa détention.

Jejoen Bontinck était parti en février en Syrie, vraisemblablement pour combattre aux côtés de Sharia4Belgium contre le régime du président syrien Assad. L'annonce de son départ n'avait été faite qu'un mois après, en mars, après avoir été en contact avec ses parents. Le père de Jejoen, Dimitri Bontinck, avait essayé, à deux reprises, mais sans succès, de ramener son fils en Belgique. Il avait été indiqué jeudi que le jeune homme était sur le chemin du retour, et vendredi qu'il séjournait depuis au moins une semaine aux Pays-Bas.

Jejoen Bontinck a été interpellé vendredi soir par la police judiciaire fédérale alors qu'il rendait visite à sa mère et son frère à Anvers. La police l'a interrogé toute la soirée et une partie de la nuit et il a été présenté samedi à un juge d'instruction, qui l'a placé sous mandat d'arrêt.

Le parquet fédéral suppose que Jejoen, tout comme une série d'autres jeunes, s'est rendu en Syrie sur base d'indications de Fouad Belkacem ou d'autres membres de Sharia4Belgium et qu'il a participé là-bas à des combats. Le jeune homme a démenti cette information dans des interviews à plusieurs médias et a indiqué qu'il s'est rendu en Syrie de sa propre initiative pour travailler comme volontaire dans un hôpital à la frontière turco-syrienne.

http://www.dhnet.be/actu/belgique/jejoen-bontinck-inculpe-pour-terrorisme-52627cba3570314ade9ec7fd

12-10-13

Belgique: l'assassinat de Patrice Lumumba

12/12/12 

Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Cette décision a été rendue par la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Selon celle-ci, l'ancienne colonie belge était à cette époque confrontée à un conflit armé et l'assassinat de l'ancien Premier ministre du Congo pourrait constituer un crime de guerre.

Des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L'un d'eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d'Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l'époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes. S'estimant compétent, le parquet fédéral s'est basé sur la loi de la compétence universelle de 1993, qui autorise la justice belge à engager des poursuites dans le cadre de crimes de guerre, crimes contre l'humanité ou crimes de génocide commis hors du territoire belge. Les plaignants ou les prévenus doivent toutefois avoir un lien avec la Belgique, ce qui est le cas ici.

La chambre des mises a donné raison au parquet fédéral et a jugé que l'assassinat de Lumumba pourrait être un crime de guerre et qu'une enquête pouvait être menée dès lors en Belgique.

Source: belga.be

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1548072/2012/12/12/Le-parquet-federal-autorise-a-enqueter-sur-l-assassinat-de-Lumumba.dhtml

09-08-13

Les photographes n’ont eu d’yeux… que pour la canne du Roi

canne.Roi.Albert.jpg

Une canne pour le Roi, «fatigué»

25 avril 2013

En visite à l’Hôpital militaire Reine Astrid de Neder-Over-Heembeek, Albert II s’est aidé d’une canne. Le Roi est « fatigué », selon le Palais.

Le couple royal était en visite, ce matin, à l’Hôpital militaire Reine Astrid (HMRA) de Neder-Over-Heembeek. Les photographes présents n’ont eu d’yeux… que pour la canne du Roi. Alors que le Royaume bruit de rumeurs d’abdication, le moindre indice quant à la santé du souverain retient aussitôt l’attention.

Renseignements pris auprès du Palais, Albert II serait « fatigué ». La conséquence, dit-on, d’une journée de mercredi un peu chargée, qui a vu le Roi rester debout pendant plus d’une heure, pendant une cérémonie de remise de médailles, avant d’assister, toujours debout, à l’anniversaire de l’Escorte royale.

Ce n’est pas une première : le Roi s’était déjà aidé d’une canne en 2007, après son opération à la hanche. Il n’est pour l’heure pas prévu d’alléger l’agenda officiel du Roi, qui n’est du reste guère chargé, les prochaines semaines.

http://www.lesoir.be/232460/article/actualite/belgique/2013-04-25/une-canne-pour-roi-fatigue

===

Le 19e siècle voit l’âge d’or de la Canne, rencontrée partout : Sur les routes du Tour de France, dans les salles d’armes, les salons voire dans la rue comme moyen de défense… Sur les barricades de 1830, 1848 et en mai 1871 pendant les évènements sanglants de la Commune de Paris, elle choisit clairement son camp, le peuple ! Plus tard, elle ne quittera plus la main des « Apaches », ces mauvais garçons parisiens, prompts à détrousser le bourgeois s’aventurant dans les quartiers « canailles » de la capitale. Elle se donne également en spectacle à la salle Richelieu, café-concert renommé ; entre 2 chansons en vogue, un assaut de boxe voire un défi entre lutteurs… Les célèbres voltiges à la Canne des frères Lecour attirent le tout Paris…

http://la-rose-couverte.over-blog.com/pages/La_Canne_aux_19e_et_20e_siecles_Reperes_anecdotes-1676475.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Canne_%28marche%29

05-08-13

L’union fait la force…

Image

http://fr.wikipedia.org/wiki/L’union_fait_la_force

29-07-13

Hercule Poirot veut se rendre à Bruxelles

Hercule.Poirot.Bruxelles.jpg

Les ingérences de la Belgique dans des Etats souverains

l’assassinat de Lumumba.jpg

davignon1.jpg

Princess Mathilde, Prince Philippe, Etienne Davignon.2009.jpg

Image

Verhofstadt.Gadaffi.jpg

Verhofstadt.Idris.Syria.jpg

En pleine guerre froide, l’ombre de la CIA a plané sur l’opération

20 juin 2013

Le service de renseignement britannique MI6 a joué un rôle dans l’assassinat du premier Premier ministre du Congo indépendant, Patrice Emery Lumumba, en janvier 1961, a révélé un Lord, David Edward Lea, dans un courrier des lecteurs de la ‘London Review of Books’ (LRB) resté presque inaperçu, selon un journal indien ‘The Hindu’.

Selon Lord Lea, l’ancienne diplomate-espionne a expliqué que si l’Occident n’intervenait pas, Lumumba aurait remis les riches ressources minérales du Congo (devenu la République démocratique du Congo) “aux Russes” (l’Union soviétique en fait).

Il y avait bien un conflit armé au Congo en 1960, les Belges y étaient impliqués, ce qui constitue une ingérence dans un Etat souverain. 

L'Oeil d'Afrique du Décembre 13, 2012 écrivait que des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L’un d’eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d’Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l’époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

http://www.lalibre.be/actu/international/la-grande-bretag...

===

Photos: 

1) L'arrestation de Premier Patrice Lumumba 

2) Etienne Davignon 

3) Etienne Davignon et Prince Philippe de  Belgique 

4) Etienne Davignon, Jacques Delors ('Notre Europe') et  Guy Verhofstadt (Verhofstadt est le  Président de l'Alliance des  Démocrates et des Libéraux au Parlement européen qui a plaidé pour une intervention de l'OTAN en Libye et la Syrie. Verhofstadt a remplacé Etienne Davignon dans la holding belge Sofina (du pétrole et du gaz, des plates-formes pétrolières)

5) Verhofstadt avec le dirigeant libyen Kadhafi qui a été éliminé par l'Occident. Verhofstadt a plaidé de façon théâtrale au Parlement européen pour l'intervention de l'OTAN en Libye et en Syrie.

6) Le Chef de la soi-disant «Armée syrienne libre» Gen Salim Idris s'adressent aux médias après avoir discuté de la situation en Syrie avec Guy Verhofstadt, à droite, au Parlement européen à Bruxelles, le 6 Mars 2013. Verhofstadt exigeait pour 'la fourniture d'armes lourdes à Idris' (un certain nombre de rapports indiquent que ces armes étaient déjà livrés)

Assassinat du "Lumumba burundais": le rôle de la Belgique

Proc-s-des-assassins-de-Louis-Rwagasore-en-d-cembre-1961-.jpg

Assassinat du "Lumumba burundais" : des documents accablants sur le rôle de la Belgique

9 janvier 2013 

Plus d’un demi-siècle après l’assassinat du prince Rwagasore, héros de l’indépendance du Burundi, des documents découverts à Londres éclairent le rôle de la Belgique dans ce meurtre.

Le soir du 13 octobre 1961, Louis Rwagasore, héros de l’indépendance burundaise et Premier ministre depuis deux semaines, est assassiné à Bujumbura. Jean Kageorgis, le jeune Grec qui a tiré sur le prince, est un tueur à gages recruté par des dirigeants du PDC, le parti démocrate-chrétien burundais soutenu par les intérêts belges. Condamné à mort par le justice belge, Kageorgis est exécuté le 30 juin 1962, veille de l’indépendance. Condamnés à des peines de prison, les autres comploteurs, quatre dirigeants du PDC et un commerçant grec, sont rejugés par la justice burundaise et pendus le 15 janvier 1963 au stade de Gitega, devant 10 000 personnes.

Aucune suite n’a été donnée aux témoignages qui aurait pu conduire à une mise en cause de la tutelle belge dans l’assassinat du « Lumumba burundais ». Cinquante ans plus tard, le sociologue flamand Ludo De Witte a retrouvé dans les Archives nationales britanniques des documents qui éclairent les responsabilités belges. Le chercheur nous a accordé la primeur de ses découvertes.

Le Vif/L’Express : Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis l’assassinat de Rwagasore. Comment se fait-il que la piste d’une responsabilité belge n’ait pas été explorée ?

Ludo De Witte : Les autorités de tutelle et, après l’indépendance, le gouvernement burundais lui-même, très dépendant de l’aide au développement belge, n’ont pas voulu embarrasser Bruxelles. Aujourd’hui, les documents dont j’ai retrouvé la trace révèlent sans ambiguïté que des fonctionnaires belges hauts placés ont joué un rôle dans l’assassinat.

Que contiennent les dossiers dont vous avez pris copie ?

Il s’agit de télex et de lettres échangés entre James Murray, l’ambassadeur anglais à Bujumbura, et le Foreign Office, sa hiérarchie à Londres. J’ai retrouvé aussi un rapport du parquet de Bruxelles, jamais rendu public. Ce rapport évoque la réunion du 21 septembre 1961, au cours de laquelle le résident Regnier, chef de la tutelle, a évoqué à plusieurs reprises la nécessité de tuer Rwagasore et a même ajouté qu’ « une fois le travail accompli, le lac [Tanganyika] n’était pas loin ». Regnier savait, assurent des participants à la réunion, que ses propos seraient rapportés à Ntidendereza, le chef du PDC. Selon l’ambassadeur Murray, le PDC avait donc toutes les raisons de déduire des paroles de Regnier que la tutelle belge couvrirait l’élimination du prince.

Murray fait part au Foreign Office d’un entretien qu’il a eu avec Raymond Charles, procureur du roi à Bruxelles.

Ce magistrat est présent à Bujumbura en janvier 1963. Il tente d’arracher une mesure de clémence en faveur des complices, probablement sur demande du roi Baudouin. Vaine démarche. Lors de ce séjour, le procureur belge confie au diplomate britannique qu’après ses interrogatoires de juin 1962, il a conclu à « la responsabilité morale d’au moins un représentant belge dans l’assassinat. » Charles estimait que Kageorgis ne devait pas être exécuté, avis qu’il a transmis au Premier ministre belge Théo Lefèvre. Mais le procureur « a été informé que son avis n’avait pas été retenu, et cela pour des raisons politiques », rapporte Murray. L’ambassadeur a compris qu’un accord implicite avait été conclu entre Bruxelles et Bujumbura : les Belges ne seraient pas mis en cause dans l’affaire, mais ils devraient, en contrepartie, laisser les autorités burundaises apaiser leur opinion, qui réclamait la mort de tous les condamnés. Lors du second procès, les avocats de la défense ont voulu faire auditionner Regnier, l’ancien résident rentré en Belgique. Mais Etienne Davignon, attaché au cabinet Spaak, a fait savoir que Regnier risquait fort d’être inculpé s’il se rendait au Burundi pour témoigner.

L’affaire Rwagasore va-t-elle refaire surface après ces découvertes ?

Le crime est largement élucidé, mais il reste à retourner la dernière pierre. L’ensemble des échanges diplomatiques de l’époque et le dossier judiciaire doivent être rendus publics. Négligence ou acte délibéré, il manque de nombreux documents dans les archives belges. Davignon, ex-bras droit de Spaak très présent au Burundi à l’époque des faits, avoue sans détour aujourd’hui que « tout le dossier Rwagasore n’est pas accessible ». Il reste à déterminer à quel point la tutelle belge se sentait soutenue, dans sa lutte contre Rwagasore, par les ministres belges concernés : Pierre Wigny, Harold d’Aspremont-Lynden, Paul-Henri Spaak. Le Burundi attend toujours la vérité sur une période-clé de son histoire.

(Version intégrale de cet article dans Le Vif/L’Express du 11 janvier 2013)

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/assassinat-du...

Assassinat de Lumumba: Etienne Davignon parmi les 10 Belges visés par la plainte de la famille:

davignon8.2.jpg

Entre 1961 et 1965, Etienne Davignon, l'ex-president du Groupe Bilderberg était l'Attaché, puis chef de cabinet du ministre belge des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak. Il s'agissait à l'époque que la Belgique soutenait le mouvement de sécession au Katanga et la montée au pouvoir du dictateur Mobutu du Zaïre. En 1961, les services de renseignement belges ont assassinés le président indépendantiste Patrice Lumumba.

07-07-13

La montée du fascisme

facisme.Salo.jpg

" Tout est près. Les pires conditions matérielles sont excellentes. Les bois sont blancs ou noirs. On ne dormira jamais." André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924.

---

En janvier 1920 il y a plus de 2 millions de chômeurs et nombre d'entre eux sont d'anciens combattants qui n'ont pu retrouver de travail depuis leur démobilisation. Le mécontentement de 1919 est tout aussi vivace et les agitations sociales ne vont que s'amplifier au cours des mois suivants.

En avril un mouvement de grève démarré à Turin s'étend peu à peu à près de 500.000 ouvriers. Mussolini soutient les grévistes dont il qualifie l'action de "première grande révolution du peuple italien contre les exploiteurs". Mais, en même temps, dans son journal "il Popolo d'Italia", il précise que la crise subie par l'Italie est celle de la bourgeoisie et des classes dirigeantes mais que c'est aussi celle du socialisme et que la crise du socialisme est plus grave et plus tragique que les autres.

Le 12 avril, au cours de son 2eme congrès, à Naples, le PPI retire son appui au gouvernement Nitti dont les jours sont désormais comptés. Le 24 mai, à Rome, une manifestation en faveur de d'Annunzio tourne mal et fait cinq morts dont quatre policiers. Début juin Nitti décrète une augmente du prix du pain. Mais devant l'opposition de nombreux députés il fait machine arrière et démissionne le 9 juin. L'Italie devient de plus en plus ingouvernable et Giovanni Giolitti, qui le remplace, ne réussit a former un ministère que sur un programme qui, entre autres, prévoyait l'établissement d'un véritable régime parlementaire et la confiscation des profits de guerre.
Les ouvriers prennent en main les usines

Le nouveau chef du gouvernement est immédiatement confronté à une série de grèves et emploie l'armée pour y mettre fin entre autre à Milan et Piombino. Le 26 juin le 11e régiment de bersaglieri, à Ancône, se mutine et refuse d'obéir à ses officiers, mais le calme revient rapidement dans la caserne. Début août les négociations sociales en vue d'adapter les salaires au coût de la vie, que l'inflation fait grimper à vitesse vertigineuse, sont rompues par le patronat et la grève générale éclate le 19 août. Mussolini assure les ouvriers en grève de son attention sympathique à condition toutefois que le mouvement ne dégénère pas en violence contre les hommes ou contre les machines.

Le 28, les établissements Romeo de Milan tentent de faire occuper leurs usines par la police. La réaction des ouvriers à Milan et Gènes est immédiate : ils occupent près de 500 usines et élisent des "conseils d'entreprises" qui se substituent aux patrons. Ces "conseils" se veulent être le prélude à la destruction du capitalisme et de la propriété privée aussi Giolitti s'inquiète-t-il mais reste calme et par précaution fait procéder au retrait des troupes italiennes d'Albanie afin de renforcer celles du territoire. Puis, discrètement, il fait occuper les villes industrielles sans déloger les ouvriers. Dans le même temps il engage des négociations avec les syndicats. La CGT calme le jeu et ne suit pas les ouvriers que veulent transformer les occupations d'usines en insurrection générale, par contre elle négocie la reconnaissance du principe du contrôle ouvrier sur les entreprises. Dans son journal Mussolini s'indigne alors à propos de la lenteur des négociations :
Peu importe que les usines appartiennent aux patrons ou aux ouvriers pourvu que l'on travaille!

Le 27 août d'Annunzio donne une Constitution révolutionnaire à Fiume. Les statuts sont totalitaires et conviennent à Mussolini qui écrit le 11 septembre :
Ces statuts sont "vivants" et ne sont pas seulement pour Fiume mais pour toute l'Italie !

Le 21 septembre, à Rome, salariés, patronat et gouvernement tombent enfin d'accord sur un projet de loi favorable au "contrôle ouvrier" des usines. Le 4 octobre le travail reprend alors partout et le projet de loi tombera vite dans les oubliettes à la grande satisfaction des classes dirigeantes et du patronat qui a cru tout perdre en peu de temps.
Montée en puissance du fascisme

Les mouvements sociaux s'étant momentanément calmés, Mussolini se déclare franchement contre-révolutionnaire et appelle tous les hommes d'ordre à se rassembler autour de lui, contre le bolchevisme et l'anarchie.

Dès cette prise de position nette, le fascisme devient puissant en hommes, las des socialistes qui désorganisent le pays tout en s'en prenant aux anciens combattants rendus responsables de la guerre et de ses suites économiques catastrophiques. Il devient puissant en argent, fourni par les grands industriels encore sous le choc des soulèvements ouvriers à peine calmés. Enfin il devient puissant par les armes que lui fournit le ministère de la guerre pour équiper sa milice, les "squadri", auxiliaires de la police face aux éventuelles futures agitations socialistes.

A cette époque les fascistes ne représentent pas encore une force considérable. Cependant, vêtus de leur chemise noire, ils organisent alors des expéditions punitives où la terreur bolchevique est combattue par la terreur fasciste. Les adversaires sont roués de coups et purgés à l'huile de ricin. Lorsque Italo Balbo, chef du "fascio" de Ferrara, réprime violemment une grève d'ouvriers agricoles, lorsque le 14 octobre, à Trieste, les fascistes incendient les bureaux du Journal socialiste "Il Lavatoro", la police n'intervient pas car Giolitti pense encore pouvoir contrôler les "squadri", mais il est déjà trop tard ! Comme à Trieste, la Chambre du Travail de Bologne est investie le 4 novembre et les coups de force ne font que commencer !

Le 12 novembre l'Italie signe avec la Yougoslavie le traité de Rappallo par lequel elle obtient définitivement toute la Vénétie et l'Istrie, les îles de Cherso, Lussin, Lagosta et Pelagosa ainsi que l'enclave de Zara. En contrepartie Fiume est reconnue comme état indépendant. Cependant ce traité, favorable aux italiens, mécontente les nationalistes dont d'Annunzio qui, en représailles, fait occuper quelques îles yougoslaves des alentours de Fiume,

Avec ou sans rapport avec l'affaire de Fiume, l'avocat nationaliste Giordani, mutilé de guerre et conseiller municipal de Bologne, est alors assassiné. Alors, dans toute l'Italie, les affrontements entre fascistes et socialistes redoublent de violence. Le 21 novembre, lorsque la nouvelle municipalité socialiste de Bologne se présente à la foule, sur le balcon de la mairie, les "squadriti" ouvrent le feu faisant 10 tués. Ils renouvellent leur action le 10 décembre à Ferrara. Alors les fascistes s'attaquent à toutes les coopératives et à tous les sièges locaux du parti socialiste sans que la police n'intervienne. Le 15 décembre des ouvriers tentent d'assassiner Dino Grandi, vétéran de la guerre, sous prétexte qu'il ose porter une décoration militaire. Le lendemain Grandi s'inscrit au faisceau de Bologne, avec Balbo il deviendra l'un des chefs du fascisme.

Décembre 1920. Pour mettre un terme à l'équipée de Fiume, qui envenime la politique intérieure et les relations extérieures de l'Italie, Giolitti laisse le soin au général Caviglia, vainqueur de Vittorio Veneto, d'organiser une expédition sur la ville rebelle. Devant l'armée italienne d'Annunzio refuse de se soumettre et l'attaque débute le 25 décembre. Le 31 décembre d'Annunzio capitule après quatre jours de combats plus ou moins symboliques mais qui auront tout de même coûté la vie à 54 personnes. Les nationalistes s'indignent et parlent du "Noël de sang". C'est la fin de la vie politique de d'Annunzio. Mussolini lui rend honneur puis utilisera à son profit sa gloire, son nom, sa tenue symbolisée par une chemise noire et son cri de guerre. d'Annunzio, jusqu'à son décès en 1938, ne le lui pardonnera jamais.

Fin 1920, le fascisme est devenu une grande force de persuasion. Il lui reste à devenir une force politique légale.

http://www.maginot.org/histoire/it22-000_fr.htm

http://dormirajamais.org/gentile/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sal%C3%B2_ou_les_120_Journ%C3%A9es_de_Sodome

http://en.wikipedia.org/wiki/Sal%C3%B2,_or_the_120_Days_of_Sodom

http://criticallegalthinking.com/2012/11/29/pasolinis-salo-torture-is-political/

Photo: Salò ou les 120 Journées de Sodome (Salò o le 120 giornate di Sodoma), un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini et sorti en France le 19 mai 1976. Il s'agit du dernier film du cinéaste, assassiné quelques mois avant sa sortie. Pasolini s’élèvait contre la société de consommation et le capitalisme. Il dénonçait dans son film, une nouvelle fois, les horreurs de la société bourgeoise.