29-07-13

L'Assassinat de Lumumba

Assassinat de Lumumba.jpg

Moord.Lumumba.jpg

‘Belgique : Le parquet fédéral autorisé à enquêter sur l’assassinat de Lumumba’

Décembre 13, 2012

Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Cette décision a été rendue par la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Selon celle-ci, l’ancienne colonie belge était à cette époque confrontée à un conflit armé et l’assassinat de l’ancien Premier ministre du Congo pourrait constituer un crime de guerre.

Des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L’un d’eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d’Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l’époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes. S’estimant compétent, le parquet fédéral s’est basé sur la loi de la compétence universelle de 1993, qui autorise la justice belge à engager des poursuites dans le cadre de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou crimes de génocide commis hors du territoire belge. Les plaignants ou les prévenus doivent toutefois avoir un lien avec la Belgique, ce qui est le cas ici.

La chambre des mises a donné raison au parquet fédéral et a jugé que l’assassinat de Lumumba pourrait être un crime de guerre et qu’une enquête pouvait être menée dès lors en Belgique.

http://oeildafrique.com/le-parquet-federal-autorise-a-enqueter-sur-lassassinat-de-lumumba/

10-07-13

Il y a 20 ans, André Cools était assassiné

Belgique.André.Cools.jpg

18.7.2011

Ce lundi 18 juillet, il y a exactement vingt ans que le ministre d'Etat André Cools (PS) était abattu avenue de l'Observatoire, à Cointe, en région liégeoise. André Cools est le seul politicien belge, avec le communiste Julien Lahaut, à avoir été assassiné dans l'exercice de ses fonctions.

18 juillet 1991, peu avant 7h30: le ministre d'Etat André Cools est abattu de deux balles alors qu'il s'apprête à monter dans sa voiture sur le parking de l'immeuble où habite sa compagne, Marie-Hélène Joiret. Cette dernière, qui est la seule à avoir vu le tueur, reçoit une balle à hauteur de l'épaule droite. Elle s'en sortira miraculeusement.

Le 26 juillet, la juge d'instruction liégeoise Véronique Ancia reçoit une lettre anonyme. La missive met en cause Alain Van der Biest, ministre wallon des Pouvoirs locaux, et son secrétaire particulier, l'ancien policier communal Richard Taxquet.

Au début de l'été 1992, Carlo Todarello, un truand d'origine italienne et oncle par alliance de Richard Taxquet, dénonce dans la presse son neveu et Van der Biest comme commanditaires de l'assassinat du "maître de Flémalle".

Les révélations impliquent aussi Pino Di Mauro, chauffeur au cabinet Van der Biest, et Cosimo Solazzo, qui aurait aidé à recruter les tueurs qu'il hébergera à Liège.

L'enquête piétine jusqu'en 1996. Le 3 septembre, un témoin se présente auprès des autorités judiciaires liégeoises pour y faire des déclarations.

Il réclame l'anonymat total et monnaye une déposition en 15 points sur l'assassinat du ministre contre 8 millions de francs (près de 200.000 euros). L'enquête redémarre et les inculpations tombent rapidement.

http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/infos/1.1069347