25-06-13

Parvis de Saint Gilles - Sint-Gillis Voorplein (1)

Le.Parvis.de.Saint.Gilles.parvis.des.cons.jpg

22-06-13

Saint-Gilles: Brasserie Verschueren

saint.gilles.brasserie-verschueren-brussels-(by-nettah-yoeli-rimmer).jpg

Un bon café si les tables ne sont pas occupés par des cons

Bonnes nouvelles pour la bande de cons à Saint-Gilles

Saint-Gilles.Le Parvis sera piétonnier.jpg

« Nous voulons en faire un lieu convivial, commercial mais aussi culturel »

---

Le Parvis de Saint-Gilles sera piétonnier dès jeudi

21 juin 2013

Le bourgmestre l’avait annoncé (Le Soir du 19 septembre) : le Parvis de Saint-Gilles sera piétonnier en 2013. Et ce sera chose faite dès jeudi prochain, nous révèle Charles Picqué (PS). 

« Fin octobre prochain, nous évaluerons le dispositif qui nécessitera peut-être quelques adaptations mais nous ne reviendrons pas en arrière », dit-il. Pas question non plus, comme ce fut un temps envisagé, de revoir la formule durant les mois d’hiver. C’est qu’à terme, le collège saint-gillois compte bien faire du Parvis un rendez-vous incontournable.

« Nous voulons en faire un lieu convivial, commercial mais aussi culturel ». C’est que le quartier ne manque pas d’atouts, notamment en termes architecturaux, de l’Aegidium (en cours de rénovation) à la Maison du Peuple en passant par le futur Centre contemporain d’art nouveau ou la Maison Horta toute proche. « Les pièces du puzzle se mettent en place », poursuit Charles Picqué.

Avec, comme premier jalon, donc, la priorité aux piétons. Dès jeudi prochain, les exploitants auront l’occasion d’étendre leurs terrasses. Seule l’allée centrale devra rester disponible pour l’accès des services de secours. Tant du côté de la rue de Moscou que de la chaussée de Waterloo, des dispositifs seront installés pour empêcher l’automobile de passer. Exit, les 47 emplacements de parking actuels.

Des zones de livraisons sont prévues des deux côtés du Parvis, les lundis et jeudis matins, jours sans marché. « Des consignes ont été données pour que ces zones soient régulièrement libérées. Si ce n’est pas le cas nous étudierons la possibilité d’instaurer un accès via badge. En tout cas, il s’agit d’une contrainte mineure pour les commerçants par rapport aux avantages d’extension ».

Un architecte a par ailleurs été sollicité pour repenser le piétonnier en termes de matériaux, d’éclairage public ou encore de mobilier urbain pour une mue globale prévue en 2015. Autre sujet d’étude sur le feu, l’actuel réceptacle à voitures de la place Janson. Des négociations sont actuellement en cours avec un privé afin d’y créer un parking souterrain. Ce qui ne coûterait rien à la commune, celle-ci mettant son sous-sol à la disposition du futur gestionnaire, indique Charles Picqué, qui n’exclut pas d’ouvrir le partenariat à la future Agence régionale de stationnement.

Le Parvis aura son propre concierge

Une autre promesse électorale faite par le PS lors des dernières communales est en passe de voir le jour : les conciergeries. Le PS local avait ainsi programmé l’arrivée de 9 concierges chargés, dans les quartiers, de représenter la force publique auprès des habitants et de coordonner les équipes de prévention, de propreté, mais aussi celle chargée de menus travaux de réparation sur l’espace public. La première conciergerie verra ainsi le jour au Parvis de Saint-Gilles au mois d’octobre prochain.

http://www.lesoir.be/266861/article/actualite/regions/bruxelles/2013-06-21/parvis-saint-gilles-sera-pietonnier-des-jeudi

Bande de cons: Saint-Gilles (Bruxelles)

cons.saint-Gilles.jpg

« Con » est un substantif trivial qui désigne à l'origine le sexe de la femme. Au sens figuré, le terme « con » est aussi un terme en général employé comme insulte, mais dans un sens très atténué, voire amical.

« Con » a aussi un emploi impersonnel, souvent dépréciatif dans l'expression « bande de cons ». 

Con est également à l'origine du nom des confréries de Conards, sociétés festives et carnavalesques traditionnelles.

mork.anti-con.conference.antiplagio.Milan.JPG

SOS Antiplagio - Milan 2008

14-06-13

'Culture de la non-violence' ?

vechtpartij.jpg

"Une culture de la non-violence et de la paix favorise le respect de la vie et de la dignité de chaque être humain sans préjugé ni discrimination d’aucune sorte".

29-05-13

Saint-Gilles - La Barrière

Saint-Gilles.Barrière.JPG

La Barrière de Saint-Gilles (Bareel van Sint-Gillis en néerlandais) est un important rond-point de Bruxelles, situé au cœur de la commune de Saint-Gilles, au croisement de la chaussée de Waterloo, de la chaussée d'Alsemberg, de l'avenue du Parc, de la rue Théodore Verhaegen, de la rue de l'Hôtel des Monnaies et de la rue Paul Dejaer. C'est un important nœud routier, tant pour les voitures que pour les trams et les bus.

L'appellation Barrière fait référence à un péage à barrière qui y était situé au XVIIe siècle.

Ce site était autrefois dénommé Wintmolenberch (la montagne au moulin à vent), par référence aux trois moulins à vent qui s'y dressaient aux 16e et 17e siècles. Ils furent détruits vers 1672 en vue de la construction du fort de Monterey, qui effleurait la place actuelle par l'Ouest.

À partir de 1871, le terminus des omnibus à chevaux de la Bourse se trouvait à la Barrière.

Depuis le 10 avril 1900 la Porteuse d'eau de Julien Dillens occupe le centre du rond-point.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_de_Saint-Gilles

14-05-13

Charles Picqué quitte le gouvernement bruxellois...

Saint.gilles.Picqué.JPG

Charles Picqué (Parti socialiste) quitte le gouvernement bruxellois mais continuera à rester actif en politique puisqu’il reprendra ses fonctions de bourgmestre de Saint-Gilles et de député au Parlement bruxellois.

---

Qui suis-je?

Je suis né à Etterbeek le 1er novembre 1948. “Belette courtoise” pour les scouts, je suis délégué de classe au collège Saint-Michel, puis Président des étudiants de la faculté de Sciences économiques à l’UCL. La politique est donc une passion  depuis l’adolescence.

Ma carrière politique en tant que telle débute à Saint-Gilles. J’y exerce la fonction d’Echevin de l’urbanisme  de 1982 à 1985 avant d’être élu Bourgmestre. Je suis Conseiller provincial (1985-1987), puis Député PS de Bruxelles (1988-1991) avant  de devenir Ministre des Affaires sociales et de la Santé de la Communauté française (1988-1989). De 1989 à1995 j’exerce les fonctions de Ministre de la culture de la Communauté française.

J’ai dirigé la Région de Bruxelles-Capitale en tant que Ministre-Président pendant dix ans (1989-1999).

En 1999, j’entre  au Gouvernement fédéral comme Commissaire du Gouvernement chargé de la Politique des Grandes Villes (1999-2000). De 2000 à 2003, j’occupe le poste de Ministre fédéral de l’économie et de la recherche scientifique, chargé de la Politique des grandes Villes.

En  2004, j’entame une nouvelle législature régionale comme Ministre-Président et je suis nommé Ministre d’Etat.

Je suis réélu bourgmestre de Saint-Gilles en 2006 et 2012.

En juin 2009, je suis à nouveau Ministre-Président du Gouvernement bruxellois.

Le 7 mai 2013, je cède ma place de Ministre-Président à Rudi Vervoort. Actuellement, je suis Bourgmestre de Saint-Gilles et Député au Parlement bruxellois.

Quelques mots de moi sur moi (en toute modestie).

Je m’emploie à rester lucide sur moi-même et à me convaincre qu’on peut faire progresser la société à une époque où menace la morosité. Et puis garder et cultiver en moi la curiosité amusée de l’enfant sans se prendre la tête.

Mes citations favorites : «Choisir d’entrer dans la mer par les petits ruisseaux» de St Thomas d’Aquin; «On n’est jamais aussi vainqueur ni aussi vaincu qu’on se l’imagine» de Charles de Montalembert et «Deux excès. Exclure la raison, n’admettre que la raison» de Blaise Pascal.

http://charlespicque.info/web/?page_id=22

http://www.pourbruxellesavecvous.be/

http://charlespicque.info/web/?page_id=2

Pierre Vigny: 'A true walking stick should be rigid and sturdy'

La.canne.Pierre.Vigny.jpg


Pierre Vigny is considered one of the most innovative masters of la canne. He created a system that could be best described as a mixture of several indigenous European self defence methods, resulting in one of the most complete and effective stick fighting methods ever devised...

***

By the 19th century, the walking stick had become the hallmark of distinction, authority and strength. For the gentlemen of the era, it was not only an indispensable fashion accessory but also a source of confidence, security and nonverbal deterrence on the streets of Europe. In its various designs and configurations, the walking stick was also valued at home, where it served as an objet d’art and an effective weapon against invaders.

The French developed the walking stick into a formidable self-defense tool that became known as la canne.Adopted into the traditional savatetraining halls of the 1800s, it’s remained by the side of the kicking art for more than 200 years.

The Birth of La Canne

Pierre Vigny was one of the most innovative masters of la canne. Born in France in 1869, he began training in savate, English boxing and fencing at a young age. During his teenage years, he often ventured from one academy to another, learning new martial arts techniques and testing his skills against anyone who’d pick up a sword, stick or pair of boxing gloves.

In 1886 he joined the army, where he served as the fencing master for the second regiment of the French artillery at Grenoble. After leaving the military in 1889, he moved to Geneva and opened a combat academy. During this period, he devoted several years to the perfection of his own method of la canne.

Pierre Vigny devised a system that could be described as a mixture of several indigenous European self-defense methods. Many of the passes, thrusts and wards resembled fighting techniques from German swordsmanship, and a collection of the foot skills were borrowed from savate and French boxing.

Upon receiving an offer from Edward W. Barton-Wright to assume the position of chief instructor at the Bartitsu School of Self-Defence, Vigny relocated to England in the late 1890s and introduced la canne and savate to the British. During his time there, he met and trained with two celebrated jujutsu instructors: Yukio Tani and S.K. Uyenishi. From them, he acquired new martial arts techniques for his already efficient repertoire of self-defense skills, after which he formulated his method of personal combat, which included moves from wrestling, savate, jujutsu and sword dueling. The addition of the new techniques was deemed necessary because of the rise of hooliganism throughout England.

Perfecting La Canne

Pierre Vigny’s skill as a fighter and teacher attracted the attention of both the working class and the aristocracy. He served as a coach at the London Boxing Club and instructed at Aldershot Military School. Seeking better business opportunities, he moved to London, where he opened a school in 1903 under the patronage of Grand Duke Michael of Russia and became director and manager of the New School of Self-Defence and Fencing Academy. Interestingly, his wife also taught there, offering ladies instruction in the use of the parasol and the steel-spiked umbrella.

The syllabus at the school catered to students who were interested in a variety of fighting arts. Even though he conducted classes in the fencing foil, sword, savate and self-defense from morning to night, la canne remained Vigny’s pet project. He taught courses that lasted 12 weeks, a length of time he believed was sufficient to give the average person the ability to handle almost any emergency.

Shunning the lighter assault canes that were popular in the academic training halls—Pierre Vigny referred to them as “chopsticks”—he believed that a true walking stick should be rigid and sturdy. Because of his dislike for the less-functional models, he had one produced to his own specifications. Termed the “Vigny self-defense stick,” it was made from a medium-weight Malacca cane with a metal knob mounted on the end. The heavy ball served as the point of percussion, thus adding instant knockout effectiveness to the weapon.

La Canne Goes Global

By 1912 London held little interest for Pierre Vigny, so he returned to Geneva, where he managed the Academy of Sports and Defence for a number of years. He put the finishing touches on what is arguably the most complete and effective stick-fighting system ever devised. Several police, military and martial arts academies adopted his syllabus.

During the 1920s, Superintendent Henry G. Lang, an English officer of the Indian police, was required to search for a less-than-lethal equalizer to oppose the commonly carried lathi. While on leave, he traveled to Europe to learn the Vigny system, and upon his return to India, Lang produced a syllabus that he documented in the now-classic book The “Walking Stick” Method of Self-Defence.

In 1941 Henry G. Lang’s manual was translated into Hebrew, and for a time it was adopted into the kapap curriculum, later to be included as part of the training undertaken by an Israeli spec-ops unit known as Palmach. It’s estimated that up to 50,000 Israelis received training in the walking-stick method.

Pierre Vigny’s influence also reached the United States through jujutsu and fencing instructor Charles Yerkow. By the early 1940s, Yerkow had written a series of books titled Modern Judo: The Complete Ju-Jitsu Library, which served as a supplemental manual for American hand-to-hand combat teams. The section on stick play is based on Henry G. Lang’s “Walking Stick” Method.

Today, practitioners of Vigny la canne are privileged to be able to tap into a system that’s time tested, versatile and still very workable on the street. Anyone looking for a backup to his or her unarmed skills would do well to consider it, for it’s as relevant now as it was 100 years ago.

---

La Canne: Savate’s Walking-Stick Weapon Art:
http://www.blackbeltmag.com/daily/mixed-martial-arts-training/boxing/la-canne-savate%E2%80%99s-walking-stick-weapon-art/

La canne Vigny - The walking stick method of self defence:
http://lacannevigny.wordpress.com/pierre-vigny/

The Walking Stick in Mandatory Palestine and Israel:
http://lacannevigny.wordpress.com/israel-connection/the-walking-stick-in-mandatory-palestine-and-israel/

Ecole Lassaad: Valérie Azura

Valérie Azura.Ecole.Lassaad.théâtre.jpg

http://www.comedien.be/valerieazura

Bruxelles: Lassaad, école de théâtre et de la liberté

Brussel.lassaad.Lassaâd Saïdi and his wife Sylvie Saïdi.Richir.jpg

Saïdi Lassaâd 

Né en octobre 1951, il pratique le théâtre dès son plus jeune âge, d'abord à l'école, au lycée, puis dans différentes troupes et enfin au théâtre universitaire. Un parcours où il obtient plusieurs prix et récompenses qui l'encourage à faire de sa passion son métier.

Il entreprend alors ses études supérieures de théâtre au conservatoire de Tunis et termine sa formation avec le 1er prix en main ainsi qu'une bourse d'état pour parfaire sa formation, où il le souhaite. Il choisit Paris et l'école J. Lecoq qui lui apportera lui semble-t'il à l'époque, le juste complément à sa formation classique. Il y découvre beaucoup plus que cela. Ce type de formation dépasse ses espérances et le conduit à découvrir une manière plus juste pour arriver à faire du théâtre un métier en étant convaincu et convainquant sur scène. C'est une toute nouvelle vision qui s'ouvre vers une pédagogie spécifique qui lui offre une manière différente d'aborder le théâtre et qui provoque, alimente, développe en lui encore davantage l'envie de faire ce métier et de plus que jamais le défendre. Comme mentionné dans l'alinéa «Lassaâd et J.Lecoq», après deux années de formation à l'école J.Lecoq, il suit la 3 ème année pédagogique en assistant J.Lecoq et devient en 1977, le plus jeune professeur de l'équipe pour en devenir à son tour, quelques années plus tard, le plus ancien. Pendant ces dix ans d'étroite collaboration avec J.Lecoq, il participe à la mise en pédagogie de plusieurs styles de théâtre et est le seul, jusqu'à ce jour a avoir enseigné à l'école dans tous les secteurs et disciplines.

- En mouvement : acrobatie, analyse de mouvement, préparation du corps, relation du corps/espace. 

- En improvisation en 1ère et 2ème année : du jeu psychologique aux styles de théâtre : tragédie, bouffons, clown, masques… 

En 1977, il est aussi pionnier de LEM (laboratoire d'étude de Mouvement) au sein de l'école Lecoq; un département scénographique s'adressant aux personnes ayant une expérience plastique. Il y enseigne l'étude du mouvement : dynamique de la marche, des couleurs et des passions, le corps et l'espace, l'architecture portable… Mais Lassaâd Saïdi est un indépendant dans l'âme et son besoin de créer dans son propre espace s'impose. Besoin de liberté, besoin d'élargissement. C'est tout naturellement qu'il laisse celui qui a été dans un premier temps, son professeur et maître et ensuite son collaborateur et ami J.Lecoq pour devenir à son tour, un maître de formation à part entière en fondant sa propre école. Lecoq existe à Paris ; il y aura donc LASSAAD à Bruxelles. L'école LASSAAD sera inaugurée officiellement en 1985 à Bruxelles avec le soutien de J.Lecoq et en sa présence. Depuis 1975, il dirige des colloques, séminaires, mises en scène et stages de formation à travers l'Europe sur différents thèmes de théâtre.

Photo: Lassaâd Saïdi et sa femme Sylvie Saïdi/Richir.

===

Ecole Lassaad, École internationale de théâtre (Fondée en 1983) 

École de théâtre de renommée internationale, créée par Lassaâd Saïdi à Bruxelles, après 10 ans de collaboration pédagogique avec Jacques Lecoq - Paris.

Elle propose un enseignement théâtral basé sur le mouvement, l'art de la maîtrise du corps et du jeu. 

Une formation intensive de 2 ans offrant un parcours allant du Masque Neutre au jeu à travers tous les styles : Pantomime, Bandes dessinées, Cinéma muet, Mélodrame, Mélomime, Conteur, Tragédie, Commedia dell'Arte, Bouffons, Clowns, Masques expressifs et larvaires... 

Elle est destinée aux comédiens, metteurs en scène, dramaturges, pédagogues, scénographes...

143 rue Jourdan - 1060 Bruxelles - Belgique - Tél : +32 (0)2 538 80 07 - mail: ecole@lassaad.com http://www.lassaad.com/ecole/ 

10-05-13

Révolution à Paris - Brasserie de l'Union à Bruxelles

Café.revolution.ParisCafeDiscussing.the.war.jpg

Saint.Gilles.brasserie.de.Union.3.jpg

Une Europe des élites ?

Réflexions sur la fracture démocratique de l’Union européenne
EDITE PAR OLIVIER COSTA ET PAUL
Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2007.
DIGITHÈQUE – Université libre de Bruxelles
http://digistore.bib.ulb.ac.be/2012/i9782800413990_000_f.pdf

09-05-13

Saint-Gilles: Brasserie de l'Union, un café sans arrogance

Saint.gilles.Brasserie De L'Union.1.jpgBrasserie.de.lunion.Saint Gilles .jpg

Commentaires - Comments - Reacties

1) Pas mal, si je compare mon expérience à la réputation du lieu...
La Brasserie de l'Union, c'est l'institution du parvis...un café/brasserie populaire où il fait bon vivre, et où l'on mange de bons petits plats faciles et pas chers. Apparemment, la réputation de la lasagne a clairement dépassé les murs de ce haut lieu des Saint-Gillois. Pour moi, rien à faire, quand il y a un bolo à la carte, c'est la dessus que je me dirige !

Et bien le bolo de l'Union, il casse pas vraiment la baraque. Bonne taille et bonne cuisson des Spaghettis, fromage en abondance, mais c'est la sauce qui manquait de goût...du coup on rajoute du tabasco pour relever le tout..dommage ! La lasagne en face de moi avait un look un peu "écrasée" mais l'assiette vide 5min plus tard me fait dire qu'elle devait être à la hauteur des "on dit".

Ambiance bon enfant, service sympa...je reviendrais clairement ici pour boire l'une ou l'autre spéciale en terrasse, sur le parvis...c'est clairement l'esprit qui règne ici !

==

2) Clairement un des endroits populaires du Parvis...

J'avais du y passer il y a quelques annees, je pense meme y avoir mange une lasagne. J'ai redecouvert plus recemment un samedi soir d'hiver,...

Forcemment, c'etait rempli, on s'est retrouve assis sur une table pourrie pas loin des toilettes! Et je m'interroge toujours sur ce qui fait la reputation de cet etablissement...
...d'habitude j'aime le vieux, l'authentique mais ici, la magie n'a pas opere!

L'experience est sans doutes completement differente sur la terrasse au beaux jours! Pour rester positif, la carte de biere avait quelques options interessantes!

==

3) Leur réputation n'a plus lieu d'être.
Les serveurs sont peu serviables. Limite ils râlent quand on commande. Pour payer l'addition, si vous y aller avec une bande de pote, pas question de payer séparément. Trop compliqué pour les serveurs de faire payer la table individuellement.
On peut y passer un bon moment, en effet, mais les serveurs ne sont pas la pour vous faire plaisir.  
Le service est lent. Le lieu est sale.  Mieux vaut aller boire une bière ou manger juste à coté.
Je boycotte!

==

4) Bon à savoir : le hamburger menthe/romarin (au-dessus ou en-dessous du hamburger Union sur la carte) m'est arrivé sous la forme d'une viande (succulente certes) mais servie sur une seule tranche de gros pain artisanal et non point entre deux tranches de pain comme le souhaite l'usage. Sinon, les dimanches de marché mieux vaut ne pas en faire un endroit de conversation intime : il faut parler fort pour se faire entendre de ses compagnons de tablée.

==

5) Petite brasserie tout à fait banale, mais qui fait plaisir de temps à autre. On y vient davantage pour profiter de l'ambiance du parvis que pour le bar lui-même; quoi qu'à côté de la Maison du Peuple, on est bien content d'être là...C'est un petit peu la guerre des genres: les trendy fashion iront à la Maison du Peuple, tandis que les bobos iront à l'Union se mêler à la populace, en plus c'est moins cher. C'est ça Saint Gilles, faire semblant d'être pauvre et fuir les autres riches.

==

6) Aaaah l'Union ! Le genre de café où l'on boit volontiers des bières (pas chères) entre amis, tout en discutant et en refaisant le monde. L'ambiance est très détendue, les gens sont ouverts et la plupart se connaissent. Le cadre est certes un peu vieillot mais c'est aussi ce qui fait le charme du lieu.

Et si la réputation du café n'est plus à faire, côté brasserie c'est pas toujours ça. C'est vrai que c'est pas cher. Inutile donc de s'attendre à de la grande gastronomie. L'Union propose en effet un menu est plutôt basique : croques, soupes, spaghettis bolo ou burgers... C'est pas ce qu'on fait de mieux dans le coin mais après quelques bières, quand on a faim, y a pas à dire, ça tombe toujours à point !

==

7) Présenté souvent comme le "pendant" de la Brasserie Verschueren, je persiste à croire qu'il n'en est rien... Sans doute une partie de la clientèle fait-elle les allers-retours entre les deux, mais à mon avis c'est à peu près tout.
La décoration témoigne d'un passé très local de type "café Bruxellois". Elle s'est malheureusement déglinguée au fil du temps et a perdu toute son authenticité malgré quelques tentatives avortées mais ferait le charme de l'endroit d'après certains ... Pas ma tasse de thé.
On y mange le midi et le soir des plats sans relief cuisinés sur place, à un prix modique. Nombreuses bières spéciales ... "ambiance" assurée certains soirs !

La terrasse, en été, m'a fait un jour penser à un tableau de Bonnard...  après quelques bières. Pourrait être agréable en été lors du marché dominical s'il fait beau...

==

8) A part l'emplacement et la réputation, lieu devenu un peu sale, cuisine déplorable.
Mais terrasse sympa..

==

9) Ce café brasserie est parfait pour tout type d'occasion : prendre un verre entre amis, un verre tout seul, lire son journal avec un café le matin, lire son journal avec une bière l'après-midi.
C'est entre 10h et 16h que les rayons de soleil viennent se poser sur la terrasse...

C'est aussi un bon endroit pour déjeuner ou diner, mais je ne pense vraiment pas que tous les plats soient de bonne qualité... Voire pas du tout. Une fois j'ai pris des spaguettis qui étaient franchement dur, et ils mettent toujours un tas de fromage, sans demander notre avis. Les lasagnes sont plutôt bonnes, mais pour le reste, je pense que ça ne vaut pas le coup de manger là-bas.

==

10) Selon moi, si vous cherchez un petit troquet traditionnel du côté de Saint Gilles, un endroit chaleureux et confortable où s'installer pour le café du matin, ou encore la bière de fin d'après midi, il y a deux endroits qui se distinguent : Le Verschueren et L'Union. Pour le Verschueren, je vous renvoi aux avis déjà publié.

L'Union me semble être le frère jumeau du Verschueren, même type de clientèle, même genre d'ambiance, là aussi des tas de journaux à disposition, dont des journaux étrangers, pratique pour les non belge.

Nourriture à base de croque, soupes, trucs de troquets...je dirais que quand l'un de ces deux bars est complet, eh bien vous pouvez aller vous installer dans l'autre.

==

11) L'Union is natuurlijk the place to be. Eén van de vele pareltjes op de Parvis, maar misschien het meest authentieke.
Ik schreef er vandaag 12/6 een stukje over op mijn blog :
hetrijkderzinnekes.blogspot.com

==

12) Vandaag er opnieuw een koffie gaan drinken na het bijgelegd te hebben met de barman waarmee ik het gisteren even aan de stok kreeg.
Doordat er weinig volk in het café was, smaakte de koffie extra goed.
Zoals gewoonlijk was het weer markt op het plein, wat voor de nodige ambiance zorgde.
Een positief punt aan het café is dat er zowel nederlandstalige als franstalige kranten zijn weer te vinden (De Morgen, De Standaard, Le Soir, La Libre Belgique,). Ik maak van mijn bezoek gebruik om die kranten snel door te nemen. Zowel de interessante artikels als de gebruikelijke onzin die erin verkocht wordt, interesseren mij.

http://www.cityplug.be/fr/Bruxelles/LULEK6YS_Sortie_Brasserie-de-l-Union.html#reviews

================

Parvis de Saint-Gilles 55
Sint-Gillisvoorplein 55
1060 Saint-Gilles
Quartier: Saint-Gilles
02 538 15 79

Horaires: lun.-dim. 8:00 - 1:00
Adapté aux enfants: Oui
Cartes de crédit acceptées: Non
Parking: Rue
Tenue vestimentaire: Décontracté
Adapté aux groupes: Oui
Ordre de prix: €
Réservations possibles: Oui
Livraison: Non
À emporter: Non
Service de restauration: Oui
Terrasse: Oui
Wi-Fi: gratuit(e)
Adapté: Donnée non disponible
Alcool: Bar complet
Bruit: Moyen
Ambiance: Donnée non disponible
Télévision: Oui
Traiteur: Non

Brasserie de l'union
http://www.brusselnieuws.be/eten-drinken/brasserie-de-l-union

Map:
https://maps.google.be/maps?ie=UTF8&cid=13525876293954098831&q=Brasserie+De+L%27Union&iwloc=A&gl=BE&hl=en