29-07-13

L'Assassinat de Lumumba

Assassinat de Lumumba.jpg

Moord.Lumumba.jpg

‘Belgique : Le parquet fédéral autorisé à enquêter sur l’assassinat de Lumumba’

Décembre 13, 2012

Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Cette décision a été rendue par la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Selon celle-ci, l’ancienne colonie belge était à cette époque confrontée à un conflit armé et l’assassinat de l’ancien Premier ministre du Congo pourrait constituer un crime de guerre.

Des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L’un d’eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d’Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l’époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes. S’estimant compétent, le parquet fédéral s’est basé sur la loi de la compétence universelle de 1993, qui autorise la justice belge à engager des poursuites dans le cadre de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou crimes de génocide commis hors du territoire belge. Les plaignants ou les prévenus doivent toutefois avoir un lien avec la Belgique, ce qui est le cas ici.

La chambre des mises a donné raison au parquet fédéral et a jugé que l’assassinat de Lumumba pourrait être un crime de guerre et qu’une enquête pouvait être menée dès lors en Belgique.

http://oeildafrique.com/le-parquet-federal-autorise-a-enqueter-sur-lassassinat-de-lumumba/

Assassinat du "Lumumba burundais": le rôle de la Belgique

Proc-s-des-assassins-de-Louis-Rwagasore-en-d-cembre-1961-.jpg

Assassinat du "Lumumba burundais" : des documents accablants sur le rôle de la Belgique

9 janvier 2013 

Plus d’un demi-siècle après l’assassinat du prince Rwagasore, héros de l’indépendance du Burundi, des documents découverts à Londres éclairent le rôle de la Belgique dans ce meurtre.

Le soir du 13 octobre 1961, Louis Rwagasore, héros de l’indépendance burundaise et Premier ministre depuis deux semaines, est assassiné à Bujumbura. Jean Kageorgis, le jeune Grec qui a tiré sur le prince, est un tueur à gages recruté par des dirigeants du PDC, le parti démocrate-chrétien burundais soutenu par les intérêts belges. Condamné à mort par le justice belge, Kageorgis est exécuté le 30 juin 1962, veille de l’indépendance. Condamnés à des peines de prison, les autres comploteurs, quatre dirigeants du PDC et un commerçant grec, sont rejugés par la justice burundaise et pendus le 15 janvier 1963 au stade de Gitega, devant 10 000 personnes.

Aucune suite n’a été donnée aux témoignages qui aurait pu conduire à une mise en cause de la tutelle belge dans l’assassinat du « Lumumba burundais ». Cinquante ans plus tard, le sociologue flamand Ludo De Witte a retrouvé dans les Archives nationales britanniques des documents qui éclairent les responsabilités belges. Le chercheur nous a accordé la primeur de ses découvertes.

Le Vif/L’Express : Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis l’assassinat de Rwagasore. Comment se fait-il que la piste d’une responsabilité belge n’ait pas été explorée ?

Ludo De Witte : Les autorités de tutelle et, après l’indépendance, le gouvernement burundais lui-même, très dépendant de l’aide au développement belge, n’ont pas voulu embarrasser Bruxelles. Aujourd’hui, les documents dont j’ai retrouvé la trace révèlent sans ambiguïté que des fonctionnaires belges hauts placés ont joué un rôle dans l’assassinat.

Que contiennent les dossiers dont vous avez pris copie ?

Il s’agit de télex et de lettres échangés entre James Murray, l’ambassadeur anglais à Bujumbura, et le Foreign Office, sa hiérarchie à Londres. J’ai retrouvé aussi un rapport du parquet de Bruxelles, jamais rendu public. Ce rapport évoque la réunion du 21 septembre 1961, au cours de laquelle le résident Regnier, chef de la tutelle, a évoqué à plusieurs reprises la nécessité de tuer Rwagasore et a même ajouté qu’ « une fois le travail accompli, le lac [Tanganyika] n’était pas loin ». Regnier savait, assurent des participants à la réunion, que ses propos seraient rapportés à Ntidendereza, le chef du PDC. Selon l’ambassadeur Murray, le PDC avait donc toutes les raisons de déduire des paroles de Regnier que la tutelle belge couvrirait l’élimination du prince.

Murray fait part au Foreign Office d’un entretien qu’il a eu avec Raymond Charles, procureur du roi à Bruxelles.

Ce magistrat est présent à Bujumbura en janvier 1963. Il tente d’arracher une mesure de clémence en faveur des complices, probablement sur demande du roi Baudouin. Vaine démarche. Lors de ce séjour, le procureur belge confie au diplomate britannique qu’après ses interrogatoires de juin 1962, il a conclu à « la responsabilité morale d’au moins un représentant belge dans l’assassinat. » Charles estimait que Kageorgis ne devait pas être exécuté, avis qu’il a transmis au Premier ministre belge Théo Lefèvre. Mais le procureur « a été informé que son avis n’avait pas été retenu, et cela pour des raisons politiques », rapporte Murray. L’ambassadeur a compris qu’un accord implicite avait été conclu entre Bruxelles et Bujumbura : les Belges ne seraient pas mis en cause dans l’affaire, mais ils devraient, en contrepartie, laisser les autorités burundaises apaiser leur opinion, qui réclamait la mort de tous les condamnés. Lors du second procès, les avocats de la défense ont voulu faire auditionner Regnier, l’ancien résident rentré en Belgique. Mais Etienne Davignon, attaché au cabinet Spaak, a fait savoir que Regnier risquait fort d’être inculpé s’il se rendait au Burundi pour témoigner.

L’affaire Rwagasore va-t-elle refaire surface après ces découvertes ?

Le crime est largement élucidé, mais il reste à retourner la dernière pierre. L’ensemble des échanges diplomatiques de l’époque et le dossier judiciaire doivent être rendus publics. Négligence ou acte délibéré, il manque de nombreux documents dans les archives belges. Davignon, ex-bras droit de Spaak très présent au Burundi à l’époque des faits, avoue sans détour aujourd’hui que « tout le dossier Rwagasore n’est pas accessible ». Il reste à déterminer à quel point la tutelle belge se sentait soutenue, dans sa lutte contre Rwagasore, par les ministres belges concernés : Pierre Wigny, Harold d’Aspremont-Lynden, Paul-Henri Spaak. Le Burundi attend toujours la vérité sur une période-clé de son histoire.

(Version intégrale de cet article dans Le Vif/L’Express du 11 janvier 2013)

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/assassinat-du...

Assassinat de Lumumba: Etienne Davignon parmi les 10 Belges visés par la plainte de la famille:

davignon8.2.jpg

Entre 1961 et 1965, Etienne Davignon, l'ex-president du Groupe Bilderberg était l'Attaché, puis chef de cabinet du ministre belge des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak. Il s'agissait à l'époque que la Belgique soutenait le mouvement de sécession au Katanga et la montée au pouvoir du dictateur Mobutu du Zaïre. En 1961, les services de renseignement belges ont assassinés le président indépendantiste Patrice Lumumba.

14-07-13

Brusselse verkiezingen: Laurette Onkelinx belooft 'hervormingen'

PS.Brussel.Onkelinx.voorzitter.jpg

Op 6.2.2013 werd vicepremier en minister van Volksgezondheid Laurette Onkelinx tot nieuwe voorzitter van de Franstalige Brusselse socialisten verkozen.  Zij volgde Rudi Vervoort op (foto, links) die minister-president van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest werd.

In haar eerste toespraak als voorzitter sprak Onkelinx de wens uit om van Brussel het 'bindmiddel te maken voor alle inwoners, ongeacht hun afkomst of politieke of religieuze overtuiging'.

Onkelinx beloofde ook 'open te willen staan voor de Nederlandstalige Brusselaars' en de "barsten" in de as Wallonie-Bruxelles te willen dichten. Zij beloofde de Brusselse werkloosheid 'te verlagen'. 

"We moeten met Vlaanderen respectvolle maar standvastige relaties ontwikkelen. Niemand zal aan het statuut van Brussel raken, een volwaardig gewest, op gelijke voet met Vlaanderen en Wallonië", aldus Onkelinx.

Voor Laurette Onkelinx heeft de institutionele hervorming enkel zin als ze 'ten dienste staat van het welzijn van de bewoners, van de huisvesting, werkgelegenheid en de toekomst van hun kinderen'.

Op 2.6.2013 zei Onkelinx 'niet uit te sluiten dat ze bij de verkiezingen volgend jaar op een Brusselse lijst zal staan, indien nodig'.  

Onkelinx moet de slabakkende Brusselse afdeling naar de verkiezingen van 2014 loodsen. Ze zal daarbij de concurrentie krijgen van Didier Reynders die onlangs werd aangesteld tot voorzitter van de Brusselse MR en die gelooft dat de liberalen de 'eerste partij van Brussel kunnen worden'.

Het welles-nietes-spelletje dat Onkelinx rond haar kandidatuur voor de verkiezingen van 2014 voert, is waarschijnlijk bedoeld om bij de eerstvolgende verkiezingen zoveel mogelijk stemmen achter haar naam te krijgen. Op 3.6.2011 maakte Het Belang van Limburg immers reeds kenbaar dat 'de kans bestaat dat vicepremier Laurette Onkelinx de nieuwe minister-president van Brussel wordt'.

http://www.brusselnieuws.be/artikel/reynders-klaar-om-minister-president-te-worden

13-07-13

Sauvons les cons

canne-moviale.jpg

11-07-13

Bruxelles-Capitale: Médiation de Dettes

France.Tour_d'argent.Paris.JPG

L'équité de certaines études d'huissiers mise en cause dans une étude du GREPA

31 janvier 2013 
 
Le GREPA (Centre d'Appui aux services de Médiation de Dettes de la Région de Bruxelles-Capitale) qui aide et forme les médiateurs de dette, estime que certaines études d'huissiers exagèrent et s'enrichissent sur le dos des débiteurs. Attitude d'autant plus condamnable - si cela devait se confirmer - que de plus en plus de personnes accumulent les dettes à cause de la crise.
Anne Defossez ,directrice du centre d'appui aux médiateurs de dette dit avoir effectué une étude de grande envergure qui arrive à des conclusions pour le moins interpellantes : "Certaines études, et plus particulièrement celle de Leroy qui est une très grosse étude sur Bruxelles, ont des pratiques illégales. Par exemple, les courriers de mise en demeure qui sont envoyés ne sont pas conformes à la loi... On ne peut pas faire figurer dans le courrier de formule type de nature menaçante. Et plus grave, chacun des montants qui est réclamé doit être justifié".
 
Maître Leroy quant à lui considère qu'il s'agit d'accusations fallacieuses et se défend : "Je pense que c'est un procès fallacieux que de dire que nous ne pensons qu'à augmenter la dette du débiteur, coller des frais, sans faire autre chose. Nous respectons tout à fait les formes légales et puisque nous sommes spécialisés dans le recouvrement social, nous veillons à donner le maximum d'occasion au débiteur d'organiser des plans d'apurement, d'expliquer sa situation. Nous classons énormément de dossier en phase amiable. Notre rôle est double : social et économique".
 
Le GREPA veut faire pression sur le législateur pour mieux contrôler les pratiques des études d'huissiers.
 
RTBF
 
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_l-equite-de-certaines-etudes-d-huissiers-mise-en-cause-dans-une-etude-du-grepa?id=7918939

GOOGLE

GREPA:
http://www.grepa.be/
Centre d'Appui aux services de Médiation de Dettes de la Région de Bruxelles-Capitale. Steunpunt voor de Diensten Schuldbemiddeling van het Brussels ..
Page Web inaccessible
Sorry, we are unable to access the page you requested

JUSTITIE IN BELGIË
grepa www.grepa.be/.../Brochure%20la%20justice%20en%2...
Hoe verloopt een proces? Hoeveel bedragen de .... In de loop van een proces treden tal van personen op ... men in een burgerlijk proces van zodra het de ..
Page Web inaccessible

Peut-on échapper au paiement d'une dette ? La prescription - grepa
www.grepa.be/gen_contentDetail.cfm?newID=561...?
Dec 6, 2012 - Le GREPA, c'est aussi : ... Il est, en effet, nécessaire d'empêcher la multiplication à l'infini des procès alors que les éléments de preuve seraient ...
Page Web inaccessible

LA JUSTICE EN BELGIQUE - grepa
www.grepa.be/.../Brochure%20la%20justice%20en%2...?
Comment se déroule un procès ? ..... de procès que la personne n'a pas .... le déroulement d'une instruction ou d'un procès. Ces règles sont impératives (on.
Page Web inaccessible

GREPA : Centre d'Appui aux services de Médiation de Dettes de la ...
www.grepa.be/main.cfm?
Le GREPA, c'est aussi : L'aide juridique · L'aide sociale · Nos formations. Le Centre d'Appui des médiateurs de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale a .
Page Web inaccessible

GREPA : Centre d'Appui aux services de Médiation de Dettes de la ...
www.steunpuntschuldbemiddeling.be/gen_contentDet...?
Le GREPA, c'est aussi : ... Jan Willems, coordinateur du service de médiation de dettes de Bruxelles; Sylvie Moreau, juriste au CAMD; Anne Defossez, juriste et ...
Page Web inaccessible

LE GUIDE PRATIQUE DU MEDIATEUR JUDICIAIRE : 60 ... - grepa
www.steunpuntschuldbemiddeling.be/.../Guide%20P...?
Asbl Centre d'Appui Médiation de Dettes, Bvd du jubilé, 155 à 1080 Bruxelles. Tél : 02-217.88.05 / Fax : 02-217.88.07 / E-mail : info@grepa.be / Site internet ...
Page Web inaccessible

Photo: Restaurant 'La tour d'argent' à Paris

10-07-13

Il y a 20 ans, André Cools était assassiné

Belgique.André.Cools.jpg

18.7.2011

Ce lundi 18 juillet, il y a exactement vingt ans que le ministre d'Etat André Cools (PS) était abattu avenue de l'Observatoire, à Cointe, en région liégeoise. André Cools est le seul politicien belge, avec le communiste Julien Lahaut, à avoir été assassiné dans l'exercice de ses fonctions.

18 juillet 1991, peu avant 7h30: le ministre d'Etat André Cools est abattu de deux balles alors qu'il s'apprête à monter dans sa voiture sur le parking de l'immeuble où habite sa compagne, Marie-Hélène Joiret. Cette dernière, qui est la seule à avoir vu le tueur, reçoit une balle à hauteur de l'épaule droite. Elle s'en sortira miraculeusement.

Le 26 juillet, la juge d'instruction liégeoise Véronique Ancia reçoit une lettre anonyme. La missive met en cause Alain Van der Biest, ministre wallon des Pouvoirs locaux, et son secrétaire particulier, l'ancien policier communal Richard Taxquet.

Au début de l'été 1992, Carlo Todarello, un truand d'origine italienne et oncle par alliance de Richard Taxquet, dénonce dans la presse son neveu et Van der Biest comme commanditaires de l'assassinat du "maître de Flémalle".

Les révélations impliquent aussi Pino Di Mauro, chauffeur au cabinet Van der Biest, et Cosimo Solazzo, qui aurait aidé à recruter les tueurs qu'il hébergera à Liège.

L'enquête piétine jusqu'en 1996. Le 3 septembre, un témoin se présente auprès des autorités judiciaires liégeoises pour y faire des déclarations.

Il réclame l'anonymat total et monnaye une déposition en 15 points sur l'assassinat du ministre contre 8 millions de francs (près de 200.000 euros). L'enquête redémarre et les inculpations tombent rapidement.

http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/infos/1.1069347

08-07-13

La mécanique du corps: un burlesque

Image

‘Les vacances de M. Hulot’, de Jacques Tati.  La mécanique du corps qui se détraque, et traque ses défaillances, ses dysfonctionnements.

Image

Carte postale: Cannes - Boulevard de la Croisette et le Mont-Chevalier
Editeur, photographe: GILETTA
Lieu de conservation: Paris - musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

07-07-13

La France: communications sont espionnées

France.espionage.DGSE.jpg

La France dispose, comme les Etats-Unis avec le système Prism, d’un dispositif d’espionnage à grande échelle des télécommunications. Le Monde est en mesure de révéler que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE, les services spéciaux) collecte systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l’étranger : la totalité de nos communications sont espionnées. Les politiques le savent, mais le secret est la règle : ce Big Brother français est clandestin. Il échappe à tout contrôle.

Bruxelles: Les socialistes ne sont pas des saints

PS.bruxellois.Emir.Kir.trafic.d'armes.jpg

Même en costume, les socialistes ne sont pas des saints...

Saint-Josse: Emir Kir (PS) dément encore employer un ex-chauffeur condamné pour trafic international d'armes

22 Décembre 2012

Emir Kir, l’ancien secrétaire d’Etat bruxellois à la Propreté publique et actuel bourgmestre de la commune bruxelloise de Saint-Josse (PS), a démenti ce samedi encore employer Kemal Camsari, son ancien chauffeur, condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour trafic international d’armes.

«Il n’est plus employé ni comme chauffeur du bourgmestre, ni comme chauffeur du député, ni comme la personne chargée de véhiculer le nouveau secrétaire d’Etat bruxellois à la Propreté publique, Rachid Madrane (PS)», a précisé la porte-parole d’Emir Kir.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné vendredi Kemal Camsari, chauffeur et parent par alliance d’Emir Kir (PS), à 30 mois de prison dont la moitié avec sursis pour trafic international d’armes. Libéré en cours de procédure, M. Camsari avait repris du service auprès du nouveau bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode.

Le parquet fédéral a mis au jour en mai dernier un trafic d’armes entre la Serbie et la Belgique avec le concours de Serbes, de Belgo-Turcs et d’un Franco-Algérien, la plupart originaires de Saint-Josse-ten-Noode. Le tribunal a établi le rôle de chaque membre de cette organisation criminelle, y compris celui de l’ancien chauffeur d’Emir Kir. L’enquête judiciaire n’avait pas décelé d’indices d’une connivence suspecte entre l’homme politique et son chauffeur.

Belga

http://www.lacapitale.be/628817/article/regions/bruxelles/actualite/2012-12-22/saint-josse-emir-kir-ps-dement-encore-employer-un-ex-chauffeur-condamne-po

Votons pour Didier Reynders (MR), qui disait le 18 Mai, 2013 "Je suis prêt à être ministre-président bruxellois. Je ne suis pas venu par hasard".

politique.belge.MR.Reynders.jpg

La montée du fascisme

facisme.Salo.jpg

" Tout est près. Les pires conditions matérielles sont excellentes. Les bois sont blancs ou noirs. On ne dormira jamais." André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924.

---

En janvier 1920 il y a plus de 2 millions de chômeurs et nombre d'entre eux sont d'anciens combattants qui n'ont pu retrouver de travail depuis leur démobilisation. Le mécontentement de 1919 est tout aussi vivace et les agitations sociales ne vont que s'amplifier au cours des mois suivants.

En avril un mouvement de grève démarré à Turin s'étend peu à peu à près de 500.000 ouvriers. Mussolini soutient les grévistes dont il qualifie l'action de "première grande révolution du peuple italien contre les exploiteurs". Mais, en même temps, dans son journal "il Popolo d'Italia", il précise que la crise subie par l'Italie est celle de la bourgeoisie et des classes dirigeantes mais que c'est aussi celle du socialisme et que la crise du socialisme est plus grave et plus tragique que les autres.

Le 12 avril, au cours de son 2eme congrès, à Naples, le PPI retire son appui au gouvernement Nitti dont les jours sont désormais comptés. Le 24 mai, à Rome, une manifestation en faveur de d'Annunzio tourne mal et fait cinq morts dont quatre policiers. Début juin Nitti décrète une augmente du prix du pain. Mais devant l'opposition de nombreux députés il fait machine arrière et démissionne le 9 juin. L'Italie devient de plus en plus ingouvernable et Giovanni Giolitti, qui le remplace, ne réussit a former un ministère que sur un programme qui, entre autres, prévoyait l'établissement d'un véritable régime parlementaire et la confiscation des profits de guerre.
Les ouvriers prennent en main les usines

Le nouveau chef du gouvernement est immédiatement confronté à une série de grèves et emploie l'armée pour y mettre fin entre autre à Milan et Piombino. Le 26 juin le 11e régiment de bersaglieri, à Ancône, se mutine et refuse d'obéir à ses officiers, mais le calme revient rapidement dans la caserne. Début août les négociations sociales en vue d'adapter les salaires au coût de la vie, que l'inflation fait grimper à vitesse vertigineuse, sont rompues par le patronat et la grève générale éclate le 19 août. Mussolini assure les ouvriers en grève de son attention sympathique à condition toutefois que le mouvement ne dégénère pas en violence contre les hommes ou contre les machines.

Le 28, les établissements Romeo de Milan tentent de faire occuper leurs usines par la police. La réaction des ouvriers à Milan et Gènes est immédiate : ils occupent près de 500 usines et élisent des "conseils d'entreprises" qui se substituent aux patrons. Ces "conseils" se veulent être le prélude à la destruction du capitalisme et de la propriété privée aussi Giolitti s'inquiète-t-il mais reste calme et par précaution fait procéder au retrait des troupes italiennes d'Albanie afin de renforcer celles du territoire. Puis, discrètement, il fait occuper les villes industrielles sans déloger les ouvriers. Dans le même temps il engage des négociations avec les syndicats. La CGT calme le jeu et ne suit pas les ouvriers que veulent transformer les occupations d'usines en insurrection générale, par contre elle négocie la reconnaissance du principe du contrôle ouvrier sur les entreprises. Dans son journal Mussolini s'indigne alors à propos de la lenteur des négociations :
Peu importe que les usines appartiennent aux patrons ou aux ouvriers pourvu que l'on travaille!

Le 27 août d'Annunzio donne une Constitution révolutionnaire à Fiume. Les statuts sont totalitaires et conviennent à Mussolini qui écrit le 11 septembre :
Ces statuts sont "vivants" et ne sont pas seulement pour Fiume mais pour toute l'Italie !

Le 21 septembre, à Rome, salariés, patronat et gouvernement tombent enfin d'accord sur un projet de loi favorable au "contrôle ouvrier" des usines. Le 4 octobre le travail reprend alors partout et le projet de loi tombera vite dans les oubliettes à la grande satisfaction des classes dirigeantes et du patronat qui a cru tout perdre en peu de temps.
Montée en puissance du fascisme

Les mouvements sociaux s'étant momentanément calmés, Mussolini se déclare franchement contre-révolutionnaire et appelle tous les hommes d'ordre à se rassembler autour de lui, contre le bolchevisme et l'anarchie.

Dès cette prise de position nette, le fascisme devient puissant en hommes, las des socialistes qui désorganisent le pays tout en s'en prenant aux anciens combattants rendus responsables de la guerre et de ses suites économiques catastrophiques. Il devient puissant en argent, fourni par les grands industriels encore sous le choc des soulèvements ouvriers à peine calmés. Enfin il devient puissant par les armes que lui fournit le ministère de la guerre pour équiper sa milice, les "squadri", auxiliaires de la police face aux éventuelles futures agitations socialistes.

A cette époque les fascistes ne représentent pas encore une force considérable. Cependant, vêtus de leur chemise noire, ils organisent alors des expéditions punitives où la terreur bolchevique est combattue par la terreur fasciste. Les adversaires sont roués de coups et purgés à l'huile de ricin. Lorsque Italo Balbo, chef du "fascio" de Ferrara, réprime violemment une grève d'ouvriers agricoles, lorsque le 14 octobre, à Trieste, les fascistes incendient les bureaux du Journal socialiste "Il Lavatoro", la police n'intervient pas car Giolitti pense encore pouvoir contrôler les "squadri", mais il est déjà trop tard ! Comme à Trieste, la Chambre du Travail de Bologne est investie le 4 novembre et les coups de force ne font que commencer !

Le 12 novembre l'Italie signe avec la Yougoslavie le traité de Rappallo par lequel elle obtient définitivement toute la Vénétie et l'Istrie, les îles de Cherso, Lussin, Lagosta et Pelagosa ainsi que l'enclave de Zara. En contrepartie Fiume est reconnue comme état indépendant. Cependant ce traité, favorable aux italiens, mécontente les nationalistes dont d'Annunzio qui, en représailles, fait occuper quelques îles yougoslaves des alentours de Fiume,

Avec ou sans rapport avec l'affaire de Fiume, l'avocat nationaliste Giordani, mutilé de guerre et conseiller municipal de Bologne, est alors assassiné. Alors, dans toute l'Italie, les affrontements entre fascistes et socialistes redoublent de violence. Le 21 novembre, lorsque la nouvelle municipalité socialiste de Bologne se présente à la foule, sur le balcon de la mairie, les "squadriti" ouvrent le feu faisant 10 tués. Ils renouvellent leur action le 10 décembre à Ferrara. Alors les fascistes s'attaquent à toutes les coopératives et à tous les sièges locaux du parti socialiste sans que la police n'intervienne. Le 15 décembre des ouvriers tentent d'assassiner Dino Grandi, vétéran de la guerre, sous prétexte qu'il ose porter une décoration militaire. Le lendemain Grandi s'inscrit au faisceau de Bologne, avec Balbo il deviendra l'un des chefs du fascisme.

Décembre 1920. Pour mettre un terme à l'équipée de Fiume, qui envenime la politique intérieure et les relations extérieures de l'Italie, Giolitti laisse le soin au général Caviglia, vainqueur de Vittorio Veneto, d'organiser une expédition sur la ville rebelle. Devant l'armée italienne d'Annunzio refuse de se soumettre et l'attaque débute le 25 décembre. Le 31 décembre d'Annunzio capitule après quatre jours de combats plus ou moins symboliques mais qui auront tout de même coûté la vie à 54 personnes. Les nationalistes s'indignent et parlent du "Noël de sang". C'est la fin de la vie politique de d'Annunzio. Mussolini lui rend honneur puis utilisera à son profit sa gloire, son nom, sa tenue symbolisée par une chemise noire et son cri de guerre. d'Annunzio, jusqu'à son décès en 1938, ne le lui pardonnera jamais.

Fin 1920, le fascisme est devenu une grande force de persuasion. Il lui reste à devenir une force politique légale.

http://www.maginot.org/histoire/it22-000_fr.htm

http://dormirajamais.org/gentile/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sal%C3%B2_ou_les_120_Journ%C3%A9es_de_Sodome

http://en.wikipedia.org/wiki/Sal%C3%B2,_or_the_120_Days_of_Sodom

http://criticallegalthinking.com/2012/11/29/pasolinis-salo-torture-is-political/

Photo: Salò ou les 120 Journées de Sodome (Salò o le 120 giornate di Sodoma), un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini et sorti en France le 19 mai 1976. Il s'agit du dernier film du cinéaste, assassiné quelques mois avant sa sortie. Pasolini s’élèvait contre la société de consommation et le capitalisme. Il dénonçait dans son film, une nouvelle fois, les horreurs de la société bourgeoise.

06-07-13

Brussels: As dust alights – Photobook Himalaya

Image

Image

Image

PHOTOBOOK AS DUST ALIGHTS

Part one of a multiple artist's book from the Himalayas, made by Vincent Delbrouck

TIPI bookshop :
186, Rue Hôtel des Monnaies, 1060 Saint-Gilles, Région de Bruxelles-Capitale, Belgium
Munthofstraat 186, 1060 Sint-Gillis, Brussel, Belgium
Téléphone: 0478 95 68 41
Adresse électronique: tipi.bookshop@gmail.com

'The Tipi Bookshop, will be more than just a Shop where you will find Books. My aim, my journey, by creating this project, is to open a space devoted to self-published photography books, small publishers, last but foremost a space where everyone can sit and learn from each other's journey.' (V.D.)

http://www.vincentdelbrouck.be/spip.php?article12
http://es.ulule.com/as-dust-alights/
https://www.facebook.com/TipiBookshop/page_map
https://www.facebook.com/TipiBookshop

http://www.maxpinckers.be/books/the-fourth-wall-book/
http://www.foundfootage.be/

05-07-13

Le Dillens: Lettre ouverte – Maire Saint-Gilles

sint.gillis.Dillensplein.jpg

Saint.Gilles.parvis.jpg

La place Dillens était jusqu'à récemment un quartier populaire avec des bancs pour les passants.

Mais depuis une semaine, la terrasse du nouveau café Le Dillens occupe presque d'un quart de la place ce que détruit l'atmosphère rustique de la place Dillens.

---

La lettre de protestation en néerlandais, dirigée au département de la Sécurité, Hygiène et Environnement de la commune de Saint-Gilles:
http://brusselbruxellesbrussels.skynetblogs.be/archive/2013/07/05/le-dillens-open-brief-aan-burgemeester-sint-gillis.html

Photos1) La place Dillens  2) Le Parvis de Saint-Gilles avec les terrasses gonflées.