02-06-13

Brussels, Bruxelles, Brussel: explosion, explosie

explosion.jpg

Explosion in Brussels, 7 Injured

June 1st, 2013

An explosion of unknown origin in a dwelling quarter has left at least seven people injured in Brussels, Belgian TV reports. The cause of the explosion is being investigated.

===

Explosion à Bruxelles: le bâtiment a été détruit

1 juin 2013

Une explosion a eu lieu dans un bâtiment du Boulevard Anspach à Bruxelles. « On a entendu un grand bruit », témoigne un voisin, interrogé par RTL. « Les flammes sont arrivées ensuite, petit à petit, c’était vraiment très impressionnant. On a vu les voisins du dessus sortir sur leur corniche pour échapper aux flammes avant que la police ne leur demande de rentrer. Mais ils sont ensuite ressortis parce que, selon eux, il y avait le feu dans l’escalier. On voyait la panique sur leur visage, c’était vraiment très impressionnant. »

===


Explosie op Anspachlaan veroorzaakt door sigaret

1 juni, 2013

De explosie en de brand in een gebouw op de Brusselse Anspachlaan hebben zaterdag negen gewonden gemaakt, aldus de politie. De brandweer sprak eerder over zeven gewonden. Drie van hen zijn er erg aan toe. Dat heeft brandweerwoordvoerder Pierre Meys gemeld. De bovenste verdiepingen van het gebouw werden namiddag afgebroken. Volgens vtm is de explosie veroorzaakt door de combinatie van een gaslek met een sigaret.

17-05-13

Action Prison Berkendael: Pas d'interdit professionnel!

Prison.berkendael.jpg

L'enseignant licencié Luk Vervaet organise une conférence de presse et un sit-in devant la prison de Berkendael (section femmes), le lundi 20 mai de 9.45h à 11.15h (heures de la visite).

Communiqué de presse

Chère rédaction, chers amis, chères amies, 

Par la présente nous sollicitons votre présence à une action contre l'interdit professionnel et l'interdiction d'accès aux prisons qui frappent Luk Vervaet, enseignant de néerlandais dans les prisons belges.

Pour protester contre une nouvelle interdiction d'accès à la prison, lors d’une visite à Malika El Aroud le mercredi dernier, Luk Vervaet se présentera à nouveau à la prison de Berkendael le lundi 20 mai de 9.45h à 11.15h et demandera à nouveau de pouvoir exercer son droit de visite. 
Par la suite, et en cas de nouveau refus, il organisera une conférence de presse et un sit-in devant la prison.

L'enseignant dans les prisons dénonce que ni la direction des Etablissements pénitentiaires de Belgique ni le ministère de la Justice ne respectent le jugement rendu par le Conseil d'Etat du 22 juin 2011, qui a annulé l’interdiction dirigée contre Luk Vervaet d’enseigner en prison. 
L'enseignant se retrouve ainsi toujours privé de son travail et sans emploi, malgré les besoins criants d'enseignants dans les prisons surpeuplées du Royaume.

Non seulement, le ministère de la Justice maintient son interdiction d'enseigner, mais l'enseignant se dit être mis en quarantaine depuis son licenciement. Il dénonce d'être traité par la Direction des prisons comme un prisonnier en libération conditionnelle, avec des interdictions de s'approcher des prisons ou d'avoir un contact avec des détenus. 
Toutes les visites aux détenus continuent à lui être interdites. 
Sans aucune motivation, des détenus se voient refuser leur demande de le mettre sur la liste de leurs visiteurs. 
Ses lettres aux détenus, pourtant ouvertes et lues par les directions des prisons, n'arrivent pas aux destinataires, sans aucune motivation, pas plus qu’elles ne lui sont renvoyées. 
Des demandes d'organiser une conférence de presse devant les prisons lui sont refusées au nom de la sécurité.

L'enseignant a créé, suite à son exclusion en 2009, l'Association des familles et ami(e)s des prisonniers (http://links.causes.com/s/clKGVY?r=pciv) et le Comité des Familles des détenus européens au Maroc (http://links.causes.com/s/clKGVZ?r=pciv ). Ces associations s'occupent des conditions au sein du monde carcéral en général et d'aide aux familles des détenus. Elles s'occupent aussi des détenu(e)s les plus rejeté(e)s, condamné(e)s pour intention, recrutement ou propagande terroriste, et de leurs familles.

Jusqu'à maintenant, la seule détenue que Luk Vervaet pouvait encore visiter en Belgique était Malika el Aroud, condamnée à 8 ans de prison ferme, accusée d'avoir recruté pour le combat en Afghanistan. Le mercredi dernier, cette seule visite lui est interdite sans aucune motivation. Sa demande de rencontrer la direction lui a été refusée.

L'enseignant dénonce que les détenus, accusés de terrorisme, se trouvent souvent dans une grande détresse, coupés de tout contact humain et de tout lien vers l'extérieur. Ils sont ainsi condamnés à une mort sociale certaine. En lui refusant le contact avec ces détenus, le ministère de la Justice veut délibérément enfermer ces détenus dans un framework religieux, dont ils ne peuvent pas sortir. Ainsi leur diabolisation et leur présentation comme des fous religieux peuvent se poursuivre. En les soumettant à un isolement total, le ministère de la Justice pousse ces détenus au suicide social. Ce genre de traitement constitue le meilleur outil de recrutement que des jihadistes en tout genre auraient pu inventer.

La Campagne « Pas d'interdit professionnel / Geen beroepsverbod / No work ban Luk Vervaet » 
Contact Luk Vervaet : 0478 653378 ou vervaetluk@gmail.com

14-05-13

La Belgique viole les droits de l'homme

arbi-zarmaev.enfant.jpg

Mais beaucoup d'hommes sont des zéros qui ne pensent qu'à eux-mêmes.

---

APPEL URGENT – PRISON DE BRUGES – LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE CLERCK , MINISTRE BELGE DE LA JUSTICE (Parti des démocrates-chrétiens)

Bruxelles, le 6 avril 2011

Au ministre de la Justice Stefaan De Clerck 115, Avenue de Waterloo 1000, Bruxelles

Cher Monsieur De Clerck,

Objet: Arbi Zarmaev, mes lettres des 26 et 28-3, et du 1-4-2011

Vous n’avez pas répondu à mes lettres au sujet du cas de Monsieur Arbi Zarmaev, l’homme qui après son isolement dans la prison de Hasselt, connaît maintenant le même sort dans la prison de Bruges où il est enfermé depuis une semaine dans une cellule d’isolement obscurcie (ayant seulement une petite fenêtre opaque située dans le plafond) qui mesure 2 par 3 mètres.

Je vous ai informé du fait que cet homme est gravement malade et que son poids est descendu à 50 kilos. Notre petite visite avec la famille Zarmaev à votre cabinet et au Directorat-Général des Institutions Penitentaires (Hans Meurissen) n’a non plus donné le moindre résultat quant à une solution de ces problèmes pour lesquels nous avons sollicité votre attention urgente.

L’état de santé de Monsieur Zarmaev continue de se détériorer de jour en jour.

Selon nos dernières informations l’homme que vous tenez à extradier vers la Russie, ayant signé un contrat à cette fin, ne serait plus guère capable de bouger. Je comprends que vous ne souhaitez soulever aucun bruit autour de ce dossier politique, mais à moi cela ne paraît nullement une raison suffisante pour laisser mourir Monsieur Zarmaev dans sa cellule, ni pour interdire tout contact entre lui et sa famille, comme cela a été fait il y a une semaine.

Monsieur Zarmaev a besoin de soins médicaux urgents et ne peut être tenu plus longtemps enfermé dans une cage à chiens (quoique les chiens dans un chenil ont une vie bien meilleure que lui) de votre prison modernisée de Bruges. Monsieur Zarmaev doit être de toute urgence transféré vers l’hôpital pour y faire traîter entre autre les blessures infectées qu’il a aux poignets et qui sont la suite du fait de l’avoir tenu menotté pendant une longue période (apparamment ces coupures ne se laissent plus suturer chirurgicalement ).

Permettez-moi d’encore une fois vous adresser un appel urgent pour que vous interveniez et preniez sans tarder votre responsabilité en tant que ministre de la Justice. Un seul coup de téléphone de votre part suffit pour sauver la vie d’un homme.

En attendant votre réponse, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments dinstingués.

Jan Boeykens, 10, Rue Faider, 1060, Bruxelles

En attaché: la copie de notre lettre du 1-4-2011

Traduction: EHEU

Morkhoven.Boeykens.jpg

Nous sommes tous des assassins

Film.andre cayatte.Nous sommes tous des assassins.1952.JPG

André Cayatte - 1952

http://www.cinereves.com/realisateurs/1109-andre-cayatte

 

Charles Picqué quitte le gouvernement bruxellois...

Saint.gilles.Picqué.JPG

Charles Picqué (Parti socialiste) quitte le gouvernement bruxellois mais continuera à rester actif en politique puisqu’il reprendra ses fonctions de bourgmestre de Saint-Gilles et de député au Parlement bruxellois.

---

Qui suis-je?

Je suis né à Etterbeek le 1er novembre 1948. “Belette courtoise” pour les scouts, je suis délégué de classe au collège Saint-Michel, puis Président des étudiants de la faculté de Sciences économiques à l’UCL. La politique est donc une passion  depuis l’adolescence.

Ma carrière politique en tant que telle débute à Saint-Gilles. J’y exerce la fonction d’Echevin de l’urbanisme  de 1982 à 1985 avant d’être élu Bourgmestre. Je suis Conseiller provincial (1985-1987), puis Député PS de Bruxelles (1988-1991) avant  de devenir Ministre des Affaires sociales et de la Santé de la Communauté française (1988-1989). De 1989 à1995 j’exerce les fonctions de Ministre de la culture de la Communauté française.

J’ai dirigé la Région de Bruxelles-Capitale en tant que Ministre-Président pendant dix ans (1989-1999).

En 1999, j’entre  au Gouvernement fédéral comme Commissaire du Gouvernement chargé de la Politique des Grandes Villes (1999-2000). De 2000 à 2003, j’occupe le poste de Ministre fédéral de l’économie et de la recherche scientifique, chargé de la Politique des grandes Villes.

En  2004, j’entame une nouvelle législature régionale comme Ministre-Président et je suis nommé Ministre d’Etat.

Je suis réélu bourgmestre de Saint-Gilles en 2006 et 2012.

En juin 2009, je suis à nouveau Ministre-Président du Gouvernement bruxellois.

Le 7 mai 2013, je cède ma place de Ministre-Président à Rudi Vervoort. Actuellement, je suis Bourgmestre de Saint-Gilles et Député au Parlement bruxellois.

Quelques mots de moi sur moi (en toute modestie).

Je m’emploie à rester lucide sur moi-même et à me convaincre qu’on peut faire progresser la société à une époque où menace la morosité. Et puis garder et cultiver en moi la curiosité amusée de l’enfant sans se prendre la tête.

Mes citations favorites : «Choisir d’entrer dans la mer par les petits ruisseaux» de St Thomas d’Aquin; «On n’est jamais aussi vainqueur ni aussi vaincu qu’on se l’imagine» de Charles de Montalembert et «Deux excès. Exclure la raison, n’admettre que la raison» de Blaise Pascal.

http://charlespicque.info/web/?page_id=22

http://www.pourbruxellesavecvous.be/

http://charlespicque.info/web/?page_id=2

Pierre Vigny: 'A true walking stick should be rigid and sturdy'

La.canne.Pierre.Vigny.jpg


Pierre Vigny is considered one of the most innovative masters of la canne. He created a system that could be best described as a mixture of several indigenous European self defence methods, resulting in one of the most complete and effective stick fighting methods ever devised...

***

By the 19th century, the walking stick had become the hallmark of distinction, authority and strength. For the gentlemen of the era, it was not only an indispensable fashion accessory but also a source of confidence, security and nonverbal deterrence on the streets of Europe. In its various designs and configurations, the walking stick was also valued at home, where it served as an objet d’art and an effective weapon against invaders.

The French developed the walking stick into a formidable self-defense tool that became known as la canne.Adopted into the traditional savatetraining halls of the 1800s, it’s remained by the side of the kicking art for more than 200 years.

The Birth of La Canne

Pierre Vigny was one of the most innovative masters of la canne. Born in France in 1869, he began training in savate, English boxing and fencing at a young age. During his teenage years, he often ventured from one academy to another, learning new martial arts techniques and testing his skills against anyone who’d pick up a sword, stick or pair of boxing gloves.

In 1886 he joined the army, where he served as the fencing master for the second regiment of the French artillery at Grenoble. After leaving the military in 1889, he moved to Geneva and opened a combat academy. During this period, he devoted several years to the perfection of his own method of la canne.

Pierre Vigny devised a system that could be described as a mixture of several indigenous European self-defense methods. Many of the passes, thrusts and wards resembled fighting techniques from German swordsmanship, and a collection of the foot skills were borrowed from savate and French boxing.

Upon receiving an offer from Edward W. Barton-Wright to assume the position of chief instructor at the Bartitsu School of Self-Defence, Vigny relocated to England in the late 1890s and introduced la canne and savate to the British. During his time there, he met and trained with two celebrated jujutsu instructors: Yukio Tani and S.K. Uyenishi. From them, he acquired new martial arts techniques for his already efficient repertoire of self-defense skills, after which he formulated his method of personal combat, which included moves from wrestling, savate, jujutsu and sword dueling. The addition of the new techniques was deemed necessary because of the rise of hooliganism throughout England.

Perfecting La Canne

Pierre Vigny’s skill as a fighter and teacher attracted the attention of both the working class and the aristocracy. He served as a coach at the London Boxing Club and instructed at Aldershot Military School. Seeking better business opportunities, he moved to London, where he opened a school in 1903 under the patronage of Grand Duke Michael of Russia and became director and manager of the New School of Self-Defence and Fencing Academy. Interestingly, his wife also taught there, offering ladies instruction in the use of the parasol and the steel-spiked umbrella.

The syllabus at the school catered to students who were interested in a variety of fighting arts. Even though he conducted classes in the fencing foil, sword, savate and self-defense from morning to night, la canne remained Vigny’s pet project. He taught courses that lasted 12 weeks, a length of time he believed was sufficient to give the average person the ability to handle almost any emergency.

Shunning the lighter assault canes that were popular in the academic training halls—Pierre Vigny referred to them as “chopsticks”—he believed that a true walking stick should be rigid and sturdy. Because of his dislike for the less-functional models, he had one produced to his own specifications. Termed the “Vigny self-defense stick,” it was made from a medium-weight Malacca cane with a metal knob mounted on the end. The heavy ball served as the point of percussion, thus adding instant knockout effectiveness to the weapon.

La Canne Goes Global

By 1912 London held little interest for Pierre Vigny, so he returned to Geneva, where he managed the Academy of Sports and Defence for a number of years. He put the finishing touches on what is arguably the most complete and effective stick-fighting system ever devised. Several police, military and martial arts academies adopted his syllabus.

During the 1920s, Superintendent Henry G. Lang, an English officer of the Indian police, was required to search for a less-than-lethal equalizer to oppose the commonly carried lathi. While on leave, he traveled to Europe to learn the Vigny system, and upon his return to India, Lang produced a syllabus that he documented in the now-classic book The “Walking Stick” Method of Self-Defence.

In 1941 Henry G. Lang’s manual was translated into Hebrew, and for a time it was adopted into the kapap curriculum, later to be included as part of the training undertaken by an Israeli spec-ops unit known as Palmach. It’s estimated that up to 50,000 Israelis received training in the walking-stick method.

Pierre Vigny’s influence also reached the United States through jujutsu and fencing instructor Charles Yerkow. By the early 1940s, Yerkow had written a series of books titled Modern Judo: The Complete Ju-Jitsu Library, which served as a supplemental manual for American hand-to-hand combat teams. The section on stick play is based on Henry G. Lang’s “Walking Stick” Method.

Today, practitioners of Vigny la canne are privileged to be able to tap into a system that’s time tested, versatile and still very workable on the street. Anyone looking for a backup to his or her unarmed skills would do well to consider it, for it’s as relevant now as it was 100 years ago.

---

La Canne: Savate’s Walking-Stick Weapon Art:
http://www.blackbeltmag.com/daily/mixed-martial-arts-training/boxing/la-canne-savate%E2%80%99s-walking-stick-weapon-art/

La canne Vigny - The walking stick method of self defence:
http://lacannevigny.wordpress.com/pierre-vigny/

The Walking Stick in Mandatory Palestine and Israel:
http://lacannevigny.wordpress.com/israel-connection/the-walking-stick-in-mandatory-palestine-and-israel/

Ecole Lassaad: Valérie Azura

Valérie Azura.Ecole.Lassaad.théâtre.jpg

http://www.comedien.be/valerieazura

Bruxelles: Lassaad, école de théâtre et de la liberté

Brussel.lassaad.Lassaâd Saïdi and his wife Sylvie Saïdi.Richir.jpg

Saïdi Lassaâd 

Né en octobre 1951, il pratique le théâtre dès son plus jeune âge, d'abord à l'école, au lycée, puis dans différentes troupes et enfin au théâtre universitaire. Un parcours où il obtient plusieurs prix et récompenses qui l'encourage à faire de sa passion son métier.

Il entreprend alors ses études supérieures de théâtre au conservatoire de Tunis et termine sa formation avec le 1er prix en main ainsi qu'une bourse d'état pour parfaire sa formation, où il le souhaite. Il choisit Paris et l'école J. Lecoq qui lui apportera lui semble-t'il à l'époque, le juste complément à sa formation classique. Il y découvre beaucoup plus que cela. Ce type de formation dépasse ses espérances et le conduit à découvrir une manière plus juste pour arriver à faire du théâtre un métier en étant convaincu et convainquant sur scène. C'est une toute nouvelle vision qui s'ouvre vers une pédagogie spécifique qui lui offre une manière différente d'aborder le théâtre et qui provoque, alimente, développe en lui encore davantage l'envie de faire ce métier et de plus que jamais le défendre. Comme mentionné dans l'alinéa «Lassaâd et J.Lecoq», après deux années de formation à l'école J.Lecoq, il suit la 3 ème année pédagogique en assistant J.Lecoq et devient en 1977, le plus jeune professeur de l'équipe pour en devenir à son tour, quelques années plus tard, le plus ancien. Pendant ces dix ans d'étroite collaboration avec J.Lecoq, il participe à la mise en pédagogie de plusieurs styles de théâtre et est le seul, jusqu'à ce jour a avoir enseigné à l'école dans tous les secteurs et disciplines.

- En mouvement : acrobatie, analyse de mouvement, préparation du corps, relation du corps/espace. 

- En improvisation en 1ère et 2ème année : du jeu psychologique aux styles de théâtre : tragédie, bouffons, clown, masques… 

En 1977, il est aussi pionnier de LEM (laboratoire d'étude de Mouvement) au sein de l'école Lecoq; un département scénographique s'adressant aux personnes ayant une expérience plastique. Il y enseigne l'étude du mouvement : dynamique de la marche, des couleurs et des passions, le corps et l'espace, l'architecture portable… Mais Lassaâd Saïdi est un indépendant dans l'âme et son besoin de créer dans son propre espace s'impose. Besoin de liberté, besoin d'élargissement. C'est tout naturellement qu'il laisse celui qui a été dans un premier temps, son professeur et maître et ensuite son collaborateur et ami J.Lecoq pour devenir à son tour, un maître de formation à part entière en fondant sa propre école. Lecoq existe à Paris ; il y aura donc LASSAAD à Bruxelles. L'école LASSAAD sera inaugurée officiellement en 1985 à Bruxelles avec le soutien de J.Lecoq et en sa présence. Depuis 1975, il dirige des colloques, séminaires, mises en scène et stages de formation à travers l'Europe sur différents thèmes de théâtre.

Photo: Lassaâd Saïdi et sa femme Sylvie Saïdi/Richir.

===

Ecole Lassaad, École internationale de théâtre (Fondée en 1983) 

École de théâtre de renommée internationale, créée par Lassaâd Saïdi à Bruxelles, après 10 ans de collaboration pédagogique avec Jacques Lecoq - Paris.

Elle propose un enseignement théâtral basé sur le mouvement, l'art de la maîtrise du corps et du jeu. 

Une formation intensive de 2 ans offrant un parcours allant du Masque Neutre au jeu à travers tous les styles : Pantomime, Bandes dessinées, Cinéma muet, Mélodrame, Mélomime, Conteur, Tragédie, Commedia dell'Arte, Bouffons, Clowns, Masques expressifs et larvaires... 

Elle est destinée aux comédiens, metteurs en scène, dramaturges, pédagogues, scénographes...

143 rue Jourdan - 1060 Bruxelles - Belgique - Tél : +32 (0)2 538 80 07 - mail: ecole@lassaad.com http://www.lassaad.com/ecole/ 

10-05-13

Révolution à Paris - Brasserie de l'Union à Bruxelles

Café.revolution.ParisCafeDiscussing.the.war.jpg

Saint.Gilles.brasserie.de.Union.3.jpg

Une Europe des élites ?

Réflexions sur la fracture démocratique de l’Union européenne
EDITE PAR OLIVIER COSTA ET PAUL
Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2007.
DIGITHÈQUE – Université libre de Bruxelles
http://digistore.bib.ulb.ac.be/2012/i9782800413990_000_f.pdf

Commission européenne: dommages-intérêts pour la violation du droit communautaire

union-europeenne-role-histoire.jpg

COMMISSION EUROPÉENNE

Bruxelles, le 15 juillet 2009

Jurisprudence de la Cour de justice de l'Union européenne liée
aux demandes de dommages-intérêts relative à une violation du droit
de l'Union européenne par les États membres

Dans sa communication du 5 septembre 2007 intitulée "Pour une Europe des résultats –
application du droit communautaire" (COM(2007)502) la Commission avait indiqué qu'elle
publierait un document explicatif sur la jurisprudence de la Cour liée aux demandes de dommages-intérêts pour la violation du droit communautaire par les Etats membres.
Très tôt, dans un arrêt du 16 décembre 1960, la Cour a posé le principe que "(…) si la Cour constate dans un arrêt qu'un acte législatif ou administratif émanant des autorités d'un Etat membre est contraire au droit communautaire, cet Etat est obligé, en vertu de l'article 86 du traité CECA, aussi bien de rapporter l'acte dont il s'agit que de réparer les effets illicites qu'il a puproduire."
Mais la responsabilité d'un Etat membre du fait d'une violation du droit communautaire a été définitivement assise dans l'arrêt Francovich du 28 mai 1991.

http://ec.europa.eu/eu_law/infringements/pdf/jur_09_30385_fr.pdf

03-05-13

Saint-Gilles ville de la canne

La_canne_feminine_auXVIIIe_sicle.gif

La population de Saint-Gilles est tellement 'folle' qu'elle est obsédée par des cannes...

 

Saint-gilles.demonstration.de.la.canne.jpg


26-04-13

'La loi anti-discrimination n’interdit aucune opinion'

Image

L'incitation à la haine et à la violence n'est pas une bonne solution.

Mais j'ai remarqué aussi que dans l'article ci-joint, on parle de la 'liberté d'expression' et des 'fondements de la démocratie' ce que tout est bien exprimée.

Soyons un peu honnêtes. Il n'est pas du tout vrai que la loi anti-discrimination en Belgique 'n'interdit aucune opinion'.

Marcel Vervloesem, membre de la direction de notre association qui a été poursuivi pendant plus que 10 ans, a été remis en liberté, sous condition qu’il:

- respecte l’interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.

-  ne s’occupe plus d’affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui luttent contre les abus d’enfants

- ne prenne aucun contact aves ses amis de l’asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention de deux ans en prison.

- ne prenne aucun contact avec l’acteur flamand Jo Reymen (qui n’est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n’a jamais cessé de le soutenir.

- ne prenne aucun contact avec sa propre fille et petits-enfants qui sont actuellement terrorisées par les membres d'un gang criminel que l'État belge a également utilisé pour étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).

Ces conditions qu’on lui a imposées sont anti-constitutionelles.

La liberté de réunion ou droit de réunion est aussi une liberté publique et politique généralement considérée comme fondamentale et en vertu de laquelle un groupe de personnes a la possibilité de se réunir temporairement en un même lieu, de façon pacifique et sans armes, dans toute finalité licite et conforme à la Loi. Elle est mentionnée dans l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

====

'Un an de prison pour un ex-membre de Sharia4Belgium'

BELGA

26/4/2013

Une amende également...

Hicham C., qui était membre de l'organisation aujourd'hui dissoute Sharia4Belgium, a été condamné vendredi à un an de prison et à une amende de 300 euros par le tribunal correctionnel d'Anvers pour incitation à l'émeute à Borgerhout en septembre dernier. Le prévenu, absent à son procès, a été condamné par défaut. Le 15 septembre dernier, plusieurs centaines de jeunes d'origine étrangère avaient manifesté contre le film anti-Islam "Innocence of Muslims". Cette manifestation n'était pas autorisée.

Les appels au rassemblement avaient été lancés par textos et Facebook. La police avait identifié le jour du rassemblement des membres de Sharia4Belgium. Le prévenu Hicham C. avait joué un rôle de premier plan, après l'arrestation du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem. Il s'était adressé à la foule et avait incité par son discours à la discrimination, à la haine et à la violence à l'encontre des non-musulmans, qu'il qualifiait de descendants des porcs et des singes.

Un noyau dur s'était ensuite formé et des policiers avaient été bombardés d'objets. La police avait procédé à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, elle avait interpellé Hicham C. Le prévenu avait affirmé avoir cité uniquement des versets coraniques et niait avoir incité à l'émeute. Le ministère public avait toutefois fait remarquer que deux jours avant les faits le prévenu apparaissait dans une vidéo postée sur le site de Sharia4Belgium et annonçait des actions de représailles contre les non-musulmans après la diffusion du film "Innocence of Muslims". "Une pure coïncidence", selon le prévenu. Le tribunal a toutefois estimé les faits avérés.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'était constitué partie civile et a obtenu un euro symbolique. Le Centre avait initialement déposé une simple plainte contre Sharia4Belgium. Il s'était ensuite porté partie civile lorsque le parquet a lancé une procédure judiciaire contre Hicham C.

"Ce genre de propos (tenus par le prévenu) est inacceptable et ne tombe pas sous le couvert de la liberté d'expression. Il s'agit d'un des fondements de la démocratie, d'un des droits fondamentaux mais aucune liberté, même fondamentale, n'est absolue. La loi anti-discrimination n'interdit aucune opinion. Mais lorsque des mots deviennent des actes et suscitent la haine ou la violence, ceux-ci menacent cette liberté fondamentale", considère Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre.

Le Centre souligne que les faits ont été correctionnalisés car il ne s'agissait pas de délits de presse mais bien de messages oraux tenus lors d'une manifestation et dans un film rendu public. Le Centre pour l'égalité des chances rappelle qu'il a déjà déposé plusieurs plaintes contre Sharia4Belgium, notamment pour des propos homophobes et incitant à la haine à l'encontre des non-musulmans.

Jeudi, le ministère public a réclamé devant la cour d'appel d'Anvers, une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 550 euros à l'encontre de Fouad Belkacem, l'ancien porte-parole de Sharia4Belgium. Ce dernier est poursuivi pour incitation à la haine et à la violence contre des non-musulmans via des vidéos diffusées sur internet ainsi que pour harcèlement à l'égard de Frank Vanhecke, le veuf de Marie-Rose Morel. Le Centre pour l'égalité des chances s'est également constitué partie civile dans ce procès.

http://www.lalibre.be//actu/belgique/article/812125/un-an...

Vorige 4 5 6 7 8 9 10 11 12