29-11-13

Tout est près

André Breton - Man Ray

" Tout est près. Les pires conditions matérielles sont excellentes. Les bois sont blancs ou noirs. On ne dormira jamais." André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924.

Photo: Man Ray c.1930

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Breton

http://fr.wikipedia.org/wiki/Man_Ray

http://en.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Breton

http://www.tcf.ua.edu/Classes/Jbutler/T340/SurManifesto/ManifestoOfSurrealism.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Man_Ray

http://www.biography.com/people/man-ray-9452778

La famille Kimyongür reçue au Ministère

Consulat d'Italie 25/11/13

 

Ce jeudi 28 novembre à 10 heures, plusieurs membres de la famille Kimyongür ont pu rencontrer le Conseiller juridique au ministère des Affaires étrangères.

Au cours de cette rencontre, les proches de Bahar Kimyongür ont fait part à Monsieur Jozef Bockaert de leurs plus vives inquiétudes.

Depuis une semaine en effet, le citoyen belge est maintenu en détention en Italie –suite à un mandat d'arrêt international lancé par la Turquie. Sa famille a insisté pour que la Belgique réagisse et qu'il soit mis un terme à cette incarcération dans les plus brefs délais.

Les proches de Bahar présents à la réunion ont suggéré que se noue un dialogue constructif avec le ministère afin de faire cesser l’acharnement de l'Etat turc (qui persécute, pour des raisons politiques, notre compatriote depuis plus d'une décennie), d'empêcher l’extradition de Kimyongür vers Ankara et de trouver des solutions concrètes pour mettre fin à la situation kafkaïenne dans laquelle se trouve le ressortissant belge.

Est-ce le signe d’une prise de conscience relative à la gravité de la situation ?, J. Bockaert a fait valoir que dans cette affaire, «à première vue, il y a abus» car aux Affaires étrangères, «on réalise que c'est exagéré et qu'il est nécessaire d'agir».

Dans ce cadre, une visite consulaire sera organisée : dès demain, le Consul de Belgique en Italie devrait rendre visite à Bahar Kimyongür à la prison de Bergame.

Par ailleurs, Bahar Kimyongür et ses avocats sont invités à entreprendre une série de démarches auprès d'Interpol, pour démontrer que le mandat d'arrêt émis par la Turquie se base exclusivement sur des motifs politiques, qu'il est donc nécessaire de lever le signalement international dont Kimyongür fait l'objet. A cet égard, le Conseiller au ministère envisage d'explorer les différentes pistes permettant d'appuyer ces démarches.

Au terme de l'entretien, les deux parties ont décidé de rester en contact afin de suivre l'évolution de l'affaire et d'essayer de résoudre les problèmes auxquels est confronté Bahar Kimyongür.

Cette réunion semble donc un premier pas positif, tranchant avec l'attitude «passive» de l’État belge face aux dernières menaces d'extradition de Kimyongür tant en Espagne qu'en Italie.

Dans ces conditions, le Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association appelle tous les démocrates à rester bien évidemment vigilants.

Un rassemblement sera à nouveau organisé ce dimanche 1er décembre à 15 heures devant l'ambassade d'Italie à Bruxelles pour exiger la libération immédiate de Bahar Kimyongür.

http://leclea.be/clea/communiques/28-11-13-famille-kimyongur-recue-au-ministere-des-affaires-etrangeres.html

28-11-13

Aux Halles de Schaerbeeck

http://ilovemeiser.wordpress.com/2013/11/17/aux-halles-de-schaerbeek-un-bar-pour-lart/

27-11-13

Manifestation devant le Consulat d'Italie à Bruxelles

Manifestation Consulat d'Italie

Communiqué du Clea - Lundi 25 novembre 2013

POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE BAHAR KIMYONGÜR
250 personnes devant le Consulat

Manifestation devant le Consulat d'Italie à Bruxelles - lundi 25/11/13 au soir

Ce lundi 25 novembre, dès 17 heures, de nombreux sympathisants se sont rassemblés devant le Consulat d’Italie à Bruxelles.

Il y a de quoi : la détention de Bahar à la prison de Bergame risque, en effet, de durer.

Pour plusieurs raisons. Si Federico Romoli (l’avocat italien de B. Kimyongür) a pu s’entretenir le matin-même avec le juge chargé de l’affaire, il apparaît toutefois que cette entrevue a tourné court : à l’exception du mandat Interpol, le juge ne disposerait présentement –pour entreprendre son instruction– d’aucunes pièces supplémentaires. Qu’elles soient relatives au mandat d’amener activé par la Turquie, ou qu’elles concernent les jugements (prononcés aux Pays-Bas et en Belgique) innocentant notre ami des accusations portées contre lui par Ankara.

De surcroit, en Italie n'existe pas la possibilité de mise en liberté conditionnelle (qu’elle soit avec ou sans caution)... Dans le moins pire des scénarios, le juge pourrait cependant intimer des arrêts domiciliaires (ce qui signifie l’obligation pour Bahar de trouver un hébergement dans le pays et d’y rester, dans l'attente d'un jugement sur le fond).

On le voit, les nouvelles ne sont pas bonnes et confirment ce que l’on appréhendait : les différents Etats appartenant à l’Union européenne, au lieu d’annuler purement et simplement un mandat d’arrêt déjà désavoué judiciairement, continuent d’en tenir compte. Une manière de se soumettre aux injonctions d’un pays à qui l’on refuse, par ailleurs, l’adhésion parce que les libertés fondamentales y sont régulièrement violées.

Madrid : jugement en attente. Milan : instruction en attente.

Deux exemples d’un même scandale.

Face à un tel affaissement démocratique, à nous d’organiser la mobilisation la plus large, la plus efficace.

pour le Comité
pour la liberté d’expression et d’association,

Jean Flink
er

www.leclea.be

+++++++

Du monde de chaque côté de la rue

Quelques images de la manifestation du 25/11/13 devant le Consulat d'Italie à Bruxelles (photos Clea)

es
Manifestation devant le Consulat d'Italie
Consulat d'Italie 25/11/13
es
Manifestation devant le Consulat d'Italie
es
es
Manifestation devant le Consulat d'Italie
es
eses
Manifestation Consulat d'Italie
es
Manifestation Consulat d'Italie
es
Manifestation Consulat d'Italie
es

Stromae entre au Musée Grévin de Paris

Stromae.promotion.jpg

Tout le monde y a cru, tout le monde l'a vu: Stromae erre, ivre, gisant sur le sol en riant et habillé comme un cheeseburger, sur le rond-point Louise et dans les fontaines à Bruxelles. Aidé par des passants, des passantes, et même par la police. 

Le journal Le Parisien a annoncé qu'ill aura son double en cire au célèbre musée parisien dès l’automne 2014.

Formidable !

22-11-13

Marc Dutroux: Federale Politie Etterbeek

NL Weldammerlaan 5, 7475 MJ Markelo, Niederlande,                       Villa Westflier/ ?
   Count's family Schimmelpennick                                       Castle Weldam
   -
   Michel Nihoul ?


about B Atlantique, Avenue du Bourget 1110, Bruxelles,                  NATO

about B Ambassade Allemagne, Jacques de Lalaingstraat, 1000 Bruxelles,  Embassy of Germany - BND

after B Rue Du Commerce 10, 1000 Bruxelles,                             CDU Bruxelles


+


B D'Herbouvillekaai 9, 2020 Antwerpen,                                  Federale Politie
                                                                        (Dutch)


about B Avenue de la Cavalerie 2, 1040 Etterbeek,                       Federale Politie
                                                                        (Dutch)

after B Rue Jules Destree 17, 6030 Charleroi,                           House Property
        Marc Dutroux


+


NL Ampèreweg 41, Arnestein, 4338 PT Middelburg,                         Jowenko Explosieve Demolitie - Fabricage
   Danny Jowenko
   16.07.2011 (disguised murder)


about B United States Embassy, 1000 Bruxelles,                          United States Embassy - CIA

after B Avenue de la Cavalerie 2, 1040 Etterbeek,                       Federale Politie
                                                                        (Dutch)


+


NL De Zompe/Hondegemsweg, 4353 Serooskerke,                             Scene of the Crime
   Danny Jowenko
   16.07.2011 (disguised murder)


about NL Veerseweg 107, 4351 SL Veere,                                  Jowenko Explosieve Demolitie B.V.
         Danny Jowenko
         16.07.2011 (disguised murder)

after B D'Herbouvillekaai 9, 2020 Antwerpen,                            Federale Politie
                                                                        (Dutch)


-
Marc Dutroux - House Property
Avenue de Philippeville 128, 6010 Charleroi - residential Address
Rue Léopold Lenoble 27, 5190 Jemeppe-sur-Sambre
Rue Daubresse 63, 6040 Charleroi
Rue Jules Destree 17, 6030 Charleroi

Rue de Rubignies 43-45, 6542 Lobbes ?
-
Danny Jowenko
TV documentary on the demolition of WTC 7 - 11.09.2001

Jowenko Explosieve Demolitie (Drilling and Blasting)
NL Ampèreweg 41, Arnestein, 4338 PT Middelburg
NL Veerseweg 107, 4351 SL Veere
B  Straatsburgdok, Noordkaai 21, 2030 Antwerpen
D  Durener Str. 533, 52249 Eschweiler

http://nl.wikipedia.org/wiki/Zaak-Dutroux

http://slachtoffers-justitie.skynetblogs.be/archive/2010/08/25/dossier-dutroux-op-wikileaks-moet-geheim-blijven.html

Danny Jowenko is Dead, 3 Days After Sabrosky Interview Implicates CIA/Mossad in 911
http://www.dailypaul.com/172140/danny-jowenko-is-dead-3-days-after-sabrosky-interview-implicates-cia-mossad-in-911

21-11-13

La maffia pétrolière...

http://pedocriminel.blogspot.be/2012/12/reseau-nihoul-q8.html

http://www.youtube.com/watch?v=rBPjxZPOh9s

20-11-13

Films sur les conditions de travail à Bruxelles

Invitation pour deux projections de films sur les conditions de travail à Bruxelles

Dans le cadre d’une exposition sur la santé et la sécurité au travail, l’Institut syndical européen organise deux projections de films sur les conditions de travail.

L’entrée est gratuite mais il faut s’inscrire auprès de Mme Dominique Schwan : dschwan@etui.org

=== 

21 novembre à 12 h

Immaginare la salute, la rappresentazione audiovisiva dei rischi nell'ambiente di lavoro

A. Giannelli, M. Zaccaria 1992, Italie

(en italien, 43 min.)

La présentation du film sera assurée par Andrea Tozzi, inspecteur santé et sécurité au travail à l’Azienda Sanitaria Locali de Gênes (ASL 3), Italie. Son intervention sera traduite en français.

ITUH, salle C, 1er étage

5 bd du Roi Albert II, 1210 Bruxelles

=== 

18 décembre à 12 h

Kameradschaft (La tragédie de la mine)

Georg Wilhelm Pabst, 1931, Allemagne

(en allemand avec sous-titres en anglais, 93 min.)

La présentation du film sera assurée par Laurent Vogel, chercheur à l'ETUI.

ITUH, salle B, 1er étage

5 bd du Roi Albert II, 1210 Bruxelles

31-10-13

Empire américain: Le réarmement de l'Allemagne nazie...

Ford, General Motors et le Troisième Reich : une collaboration “hautement profitable”

Il y a près de soixante ans, les GIs américains qui se battaient en Europe contre les troupes d'Hitler eurent la surprise de découvrir que les militaires allemands conduisaient des camions Ford. S'ils avaient porté leurs regards vers le ciel, ils auraient pu voir voler les avions nazis construits par Opel, une filiale de General Motors (GM). En 1939, les filières allemandes de General Motors et Ford approvisionnaient 70% du marché allemand de voitures. Les filiales allemandes de ces deux géants de l'automobile ont aussi fabriqué du matériel militaire pour les armées de l'Etat fasciste. Des recherches historiques ont établi que certains des dirigeants de ces deux firmes collaborèrent à la conversion en industries militaires des usines Ford et GM d'Allemagne et des zones occupées de France et de Pologne.

Un chercheur, Bradford Snell, a comparé l'importance relative, pour les fascistes allemands, de la Suisse — qui a facilité les activités financières des nazis durant la seconde guerre mondiale — avec celle de GM. Snell écrit : "La Suisse était juste une caisse de dépôt pour l'argent des pillages. Par contre, GM faisait partie intégrante de l'effort de guerre allemand. Les Allemands auraient pu envahir la Pologne et la Russie sans la Suisse. Ils n'auraient pu en faire autant sans GM".

Au sujet des rapports entre Ford et les Nazis, l'historienne Miriam Kleinman écrit : "Quand vous pensez à Ford, vous pensez au baseball ou aux donuts. Vous ne pensez pas au portrait d'Henry Ford qu'Hitler avait accroché dans son bureau." De fait, les rapports entre Henry Ford et le dictateur allemand sont antérieurs à la prise de pouvoir par les Nazis, en 1933. Parmi les anti-sémites, Henry Ford s'est distingué en publiant de nombreuses calomnies contre le peuple juif dans un journal qui lui appartenait. Si bien qu'en 1931, Hitler disait, dans le Detroit News : "Je considère Henry Ford comme une inspiration." L'admiration était apparemment réciproque. En juillet 1938, Henry Ford acceptait une médaille du gouvernement allemand, la plus grande récompense qui pouvait être remise à un étranger par les Nazis. Un mois plus tard, James Mooney, un haut dirigeant de GM, recevait également une médaille du gouvernement allemand "pour les grands services rendus au Reich." L'écrivain anglais Charles Higham cite ces paroles de Mooney, en 1940 : "Hitler est dans le vrai, et je ne ferai rien qui puisse le contrarier."

A la fin de la guerre, Henry Schneider, un enquêteur de l'armée américaine, qualifiait la filiale allemande de Ford d'"arsenal du nazisme, du moins pour les véhicules militaires". D'après Schneider, ce dispositif avait l'approbation des dirigeants de Ford, aux USA. La reconnaissance des Nazis pour Ford et GM était bien fondée : les camions "Blitz", produits dans une usine construite par GM à Berlin, étaient une composante majeure de la "Blitzkrieg", l'agression allemande contre ses pays voisins : la Pologne, l'URSS et la France. Opel, la filiale allemande de GM, et Ford-Allemagne étaient les deux premiers constructeurs de camions pour les forces militaires allemandes.

La relation mutuellement avantageuse entre les deux géants américains de l'automobile et l'Etat fasciste dépassait largement le cadre du commerce de camions. Schneider affirme que Ford livrait aux Allemands de grandes quantités de caoutchouc, une matière vitale pour assurer la mobilité des armées fascistes. L'écrivain Snell accuse GM d'avoir fourni au régime nazi la technologie nécessaire pour produire du carburant synthétique. Snell dit avoir été informé par le chef des armées nazies Albert Speer que, sans cette technologie, Hitler "n'aurait jamais songé à envahir la Pologne." Le déchaînement de la guerre en 1939 n’a donc pas du surprendre GM ou Ford; ces deux firmes qui ont rivalisé pour le marché allemand depuis les années 1920.

Dans les six années précédant la seconde guerre mondiale, les Nazis s’étaient attribué le devoir de persécuter les ennemies du fascisme en Allemagne, notamment les communistes, les sociaux démocrates et les juifs. En amorçant la guerre, l’état Hitlérien visait simplement ses ennemis extérieurs, les peuples Européens. L'assaut allemand contre la Pologne, en 1939, qui opposa les tanks allemands à la cavalerie polonaise, n'a pas mis fin à l'étroite coopération entre les filiales allemandes de Ford et de GM et l'Etat fasciste. Quelques semaines après l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'armée nazie, en 1939, Alfred P.Sloan, le patron de GM, remarquait que la production et les ventes de GM en Allemagne étaient "hautement profitables." James Mooney, qui dirigeait les filiales européennes étrangères de GM, eut des entretiens avec Hitler deux semaines après l'invasion de la Pologne, à la suite de quoi les filiales allemandes de GM continuèrent de fabriquer du matériel de guerre pour l'armée nazie.

Le chercheur Charles Higham soutient que les filiales de Ford qui se trouvaient dans la France occupée par les Allemands continuèrent de produire des camions pour l'armée nazie après 1941, et que Ford ouvrit une autre filiale en Algérie, pour fournir au Général Rommel des camions et des voitures blindées. En avril 1943, le secrétaire américain au trésor Henry Morgenthau estimait que la production de la filiale française de Ford était "au seul profit de l'Allemagne", qui avait "clairement démontré sa volonté de protéger les intérêts de Ford."

http://www.lariposte.com/19/Nazis2.htm
http://www.instantcube.com/discernement/rearmementnazi.html

http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

L'empire americain

Les élites politiques à Tokyo sont de plus en plus enclines à utiliser une image déformée de la Chine pour soutenir leurs projets politiques et militaires. Suite à une série de propos provocateurs énoncés par le Premier ministre japonais Shinzo Abe, le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera a versé de l'huile sur le feu mardi, affirmant que Beijing a "mis en péril la paix" en raison de ses "intrusions" près des îles Diaoyu. "Dans une interview accordée vendredi dernier à un quotidien américain, M. Abe a refait le même tour de passe-passe en se créant un faux ennemi, laissant entendre que la Chine pourrait avoir recours à la force pour changer le statu quo de la région et briser sa promesse de poursuite de développement pacifique. Concernant la question des îles Diaoyu, qui constituent une partie inhérente du territoire chinois, c'est le Japon qui cherche à ébranler le statu quo régional. Tokyo s'est engagé en farce à acheter les îles chinoises de mains privées l'année dernière, suscitant des frictions entre les deux plus grandes économies asiatiques. S'il y a un pays d'Asie de l'Est qui cherche à renforcer sa puissance militaire, c'est bien le Japon. Le gouvernement de droite de M. Abe est allé plus loin cette année avec un projet visant à réviser la constitution pacifiste de l'après-guerre. La démarche, qui permettrait au Japon de développer une armée à part entière, a mis ses voisins en état d'alerte en raison de souvenirs amers de l'agression japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. En outre, des membres du cabinet japonais ont effrontément visité le célèbre sanctuaire de Yasukuni, qui honore 14 criminels de guerre de classe A. Il s'agit d'un acte brutal défiant l'ordre international d'après-guerre. Le Japon a imputé les tensions régionales à la Chine, mais a apparemment fait la sourde oreille aux messages répétés de la nouvelle direction de Chine que le pays s'en tiendra toujours à la voie pacifique de développement.

Lire plus sur :  http://www.chine-informations.com/actualite/renforcement-...

http://www.mondialisation.ca/le-reseau-mondial-des-bases-...

L'Empire américain

At 2007 prices, 1998 military spending was $364.35bn. 2008’s is approximately $643.9bn

Le contrôle des activités humaines, économiques, sociales et politiques mondiales est assuré de plus en plus par les États-Unis d’Amérique (USA) dont la volonté de domination s’exprime dans une stratégie d’interventions directes et indirectes continues pour orienter la conduite des affaires mondiales en fonction de leurs propres intérêts. Le Rapport Global 2000 publié en 1980 présentait l’état du monde en faisant état des menaces qui pourraient peser sur ces intérêts. 20 ans plus tard, les Étatsuniens, pour justifier, dans le contexte de leur propre sécurité, leurs interventions sous toutes les latitudes, montent la plus grande supercherie que l’on puisse imaginer, «une guerre mondiale contre le terrorisme» ou, en d’autres mots, une guerre contre ceux ou celles qui osent ne pas vouloir être ou devenir leurs esclaves.

Surveillance de l’OTAN, l’International Network for the Abolition of Foreign Military Bases,etc.) révèlent que les Étatsuniens possèdent ou occupent entre 700 et 800 bases militaires dans le monde.

Les dépenses militaires des USA sont passées de 404 à 626 milliards de dollars – valeur équivalente du dollar de 2007 (données du «Center for Arms Control and Non-Proliferation» de Washington) entre 2001 et 2007 et devraient dépasser les 640 milliards en 2008 (figure 1 et http://www.armscontrolcenter.org/archives/002244.php ). Elles correspondaient en 2006 à 3,7% du PIB et à $935.64 per capita.

http://www.mondialisation.ca/le-reseau-mondial-des-bases-militaires-us/5331393

30-10-13

80% des Belges font confiance au Roi Philippe

Huit Belges sur dix font confiance au roi Philippe, ressort-il samedi d'un sondage RTL-Ipsos.

La confiance est accordée par 74% des hommes et par 84% des femmes. Selon les âges, la tendance est stable: 80% des 18-34 ans ont confiance en le roi Philippe, 82% des 35-54 également et 76% pour les plus de 55 ans. Les aînés sont donc légèrement moins conquis.

http://actualite.fr.be.msn.com/photo/en-images-philippe-et-mathilde-et-toute-leur-petite-famille?page=5

===

80% des publicités alimentaires vantent aux enfants des produits gras

Près de deux ans après la signature par Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé, des chartes d'engagements des professionnels en matière de marketing à destination des enfants, une étude menée par l'UFC-Que Choisir montre que 80% des publicités alimentaires destinées aux enfants sur 24 heures portent toujours sur des produits gras ou sucrés.

http://www.topsante.com/medecine/maladies-chroniques/obesite-surpoids/prevenir/80-des-publicites-alimentaires-vantent-aux-enfants-des-produits-gras-22910