22-06-13

Bande de cons: Saint-Gilles (Bruxelles)

cons.saint-Gilles.jpg

« Con » est un substantif trivial qui désigne à l'origine le sexe de la femme. Au sens figuré, le terme « con » est aussi un terme en général employé comme insulte, mais dans un sens très atténué, voire amical.

« Con » a aussi un emploi impersonnel, souvent dépréciatif dans l'expression « bande de cons ». 

Con est également à l'origine du nom des confréries de Conards, sociétés festives et carnavalesques traditionnelles.

mork.anti-con.conference.antiplagio.Milan.JPG

SOS Antiplagio - Milan 2008

14-05-13

La Belgique viole les droits de l'homme

arbi-zarmaev.enfant.jpg

Mais beaucoup d'hommes sont des zéros qui ne pensent qu'à eux-mêmes.

---

APPEL URGENT – PRISON DE BRUGES – LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE CLERCK , MINISTRE BELGE DE LA JUSTICE (Parti des démocrates-chrétiens)

Bruxelles, le 6 avril 2011

Au ministre de la Justice Stefaan De Clerck 115, Avenue de Waterloo 1000, Bruxelles

Cher Monsieur De Clerck,

Objet: Arbi Zarmaev, mes lettres des 26 et 28-3, et du 1-4-2011

Vous n’avez pas répondu à mes lettres au sujet du cas de Monsieur Arbi Zarmaev, l’homme qui après son isolement dans la prison de Hasselt, connaît maintenant le même sort dans la prison de Bruges où il est enfermé depuis une semaine dans une cellule d’isolement obscurcie (ayant seulement une petite fenêtre opaque située dans le plafond) qui mesure 2 par 3 mètres.

Je vous ai informé du fait que cet homme est gravement malade et que son poids est descendu à 50 kilos. Notre petite visite avec la famille Zarmaev à votre cabinet et au Directorat-Général des Institutions Penitentaires (Hans Meurissen) n’a non plus donné le moindre résultat quant à une solution de ces problèmes pour lesquels nous avons sollicité votre attention urgente.

L’état de santé de Monsieur Zarmaev continue de se détériorer de jour en jour.

Selon nos dernières informations l’homme que vous tenez à extradier vers la Russie, ayant signé un contrat à cette fin, ne serait plus guère capable de bouger. Je comprends que vous ne souhaitez soulever aucun bruit autour de ce dossier politique, mais à moi cela ne paraît nullement une raison suffisante pour laisser mourir Monsieur Zarmaev dans sa cellule, ni pour interdire tout contact entre lui et sa famille, comme cela a été fait il y a une semaine.

Monsieur Zarmaev a besoin de soins médicaux urgents et ne peut être tenu plus longtemps enfermé dans une cage à chiens (quoique les chiens dans un chenil ont une vie bien meilleure que lui) de votre prison modernisée de Bruges. Monsieur Zarmaev doit être de toute urgence transféré vers l’hôpital pour y faire traîter entre autre les blessures infectées qu’il a aux poignets et qui sont la suite du fait de l’avoir tenu menotté pendant une longue période (apparamment ces coupures ne se laissent plus suturer chirurgicalement ).

Permettez-moi d’encore une fois vous adresser un appel urgent pour que vous interveniez et preniez sans tarder votre responsabilité en tant que ministre de la Justice. Un seul coup de téléphone de votre part suffit pour sauver la vie d’un homme.

En attendant votre réponse, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments dinstingués.

Jan Boeykens, 10, Rue Faider, 1060, Bruxelles

En attaché: la copie de notre lettre du 1-4-2011

Traduction: EHEU

Morkhoven.Boeykens.jpg

Ecole Lassaad: Valérie Azura

Valérie Azura.Ecole.Lassaad.théâtre.jpg

http://www.comedien.be/valerieazura

Bruxelles: Lassaad, école de théâtre et de la liberté

Brussel.lassaad.Lassaâd Saïdi and his wife Sylvie Saïdi.Richir.jpg

Saïdi Lassaâd 

Né en octobre 1951, il pratique le théâtre dès son plus jeune âge, d'abord à l'école, au lycée, puis dans différentes troupes et enfin au théâtre universitaire. Un parcours où il obtient plusieurs prix et récompenses qui l'encourage à faire de sa passion son métier.

Il entreprend alors ses études supérieures de théâtre au conservatoire de Tunis et termine sa formation avec le 1er prix en main ainsi qu'une bourse d'état pour parfaire sa formation, où il le souhaite. Il choisit Paris et l'école J. Lecoq qui lui apportera lui semble-t'il à l'époque, le juste complément à sa formation classique. Il y découvre beaucoup plus que cela. Ce type de formation dépasse ses espérances et le conduit à découvrir une manière plus juste pour arriver à faire du théâtre un métier en étant convaincu et convainquant sur scène. C'est une toute nouvelle vision qui s'ouvre vers une pédagogie spécifique qui lui offre une manière différente d'aborder le théâtre et qui provoque, alimente, développe en lui encore davantage l'envie de faire ce métier et de plus que jamais le défendre. Comme mentionné dans l'alinéa «Lassaâd et J.Lecoq», après deux années de formation à l'école J.Lecoq, il suit la 3 ème année pédagogique en assistant J.Lecoq et devient en 1977, le plus jeune professeur de l'équipe pour en devenir à son tour, quelques années plus tard, le plus ancien. Pendant ces dix ans d'étroite collaboration avec J.Lecoq, il participe à la mise en pédagogie de plusieurs styles de théâtre et est le seul, jusqu'à ce jour a avoir enseigné à l'école dans tous les secteurs et disciplines.

- En mouvement : acrobatie, analyse de mouvement, préparation du corps, relation du corps/espace. 

- En improvisation en 1ère et 2ème année : du jeu psychologique aux styles de théâtre : tragédie, bouffons, clown, masques… 

En 1977, il est aussi pionnier de LEM (laboratoire d'étude de Mouvement) au sein de l'école Lecoq; un département scénographique s'adressant aux personnes ayant une expérience plastique. Il y enseigne l'étude du mouvement : dynamique de la marche, des couleurs et des passions, le corps et l'espace, l'architecture portable… Mais Lassaâd Saïdi est un indépendant dans l'âme et son besoin de créer dans son propre espace s'impose. Besoin de liberté, besoin d'élargissement. C'est tout naturellement qu'il laisse celui qui a été dans un premier temps, son professeur et maître et ensuite son collaborateur et ami J.Lecoq pour devenir à son tour, un maître de formation à part entière en fondant sa propre école. Lecoq existe à Paris ; il y aura donc LASSAAD à Bruxelles. L'école LASSAAD sera inaugurée officiellement en 1985 à Bruxelles avec le soutien de J.Lecoq et en sa présence. Depuis 1975, il dirige des colloques, séminaires, mises en scène et stages de formation à travers l'Europe sur différents thèmes de théâtre.

Photo: Lassaâd Saïdi et sa femme Sylvie Saïdi/Richir.

===

Ecole Lassaad, École internationale de théâtre (Fondée en 1983) 

École de théâtre de renommée internationale, créée par Lassaâd Saïdi à Bruxelles, après 10 ans de collaboration pédagogique avec Jacques Lecoq - Paris.

Elle propose un enseignement théâtral basé sur le mouvement, l'art de la maîtrise du corps et du jeu. 

Une formation intensive de 2 ans offrant un parcours allant du Masque Neutre au jeu à travers tous les styles : Pantomime, Bandes dessinées, Cinéma muet, Mélodrame, Mélomime, Conteur, Tragédie, Commedia dell'Arte, Bouffons, Clowns, Masques expressifs et larvaires... 

Elle est destinée aux comédiens, metteurs en scène, dramaturges, pédagogues, scénographes...

143 rue Jourdan - 1060 Bruxelles - Belgique - Tél : +32 (0)2 538 80 07 - mail: ecole@lassaad.com http://www.lassaad.com/ecole/ 

26-04-13

'La loi anti-discrimination n’interdit aucune opinion'

Image

L'incitation à la haine et à la violence n'est pas une bonne solution.

Mais j'ai remarqué aussi que dans l'article ci-joint, on parle de la 'liberté d'expression' et des 'fondements de la démocratie' ce que tout est bien exprimée.

Soyons un peu honnêtes. Il n'est pas du tout vrai que la loi anti-discrimination en Belgique 'n'interdit aucune opinion'.

Marcel Vervloesem, membre de la direction de notre association qui a été poursuivi pendant plus que 10 ans, a été remis en liberté, sous condition qu’il:

- respecte l’interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.

-  ne s’occupe plus d’affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui luttent contre les abus d’enfants

- ne prenne aucun contact aves ses amis de l’asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention de deux ans en prison.

- ne prenne aucun contact avec l’acteur flamand Jo Reymen (qui n’est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n’a jamais cessé de le soutenir.

- ne prenne aucun contact avec sa propre fille et petits-enfants qui sont actuellement terrorisées par les membres d'un gang criminel que l'État belge a également utilisé pour étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort (90.000 victimes).

Ces conditions qu’on lui a imposées sont anti-constitutionelles.

La liberté de réunion ou droit de réunion est aussi une liberté publique et politique généralement considérée comme fondamentale et en vertu de laquelle un groupe de personnes a la possibilité de se réunir temporairement en un même lieu, de façon pacifique et sans armes, dans toute finalité licite et conforme à la Loi. Elle est mentionnée dans l'article 20 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

====

'Un an de prison pour un ex-membre de Sharia4Belgium'

BELGA

26/4/2013

Une amende également...

Hicham C., qui était membre de l'organisation aujourd'hui dissoute Sharia4Belgium, a été condamné vendredi à un an de prison et à une amende de 300 euros par le tribunal correctionnel d'Anvers pour incitation à l'émeute à Borgerhout en septembre dernier. Le prévenu, absent à son procès, a été condamné par défaut. Le 15 septembre dernier, plusieurs centaines de jeunes d'origine étrangère avaient manifesté contre le film anti-Islam "Innocence of Muslims". Cette manifestation n'était pas autorisée.

Les appels au rassemblement avaient été lancés par textos et Facebook. La police avait identifié le jour du rassemblement des membres de Sharia4Belgium. Le prévenu Hicham C. avait joué un rôle de premier plan, après l'arrestation du porte-parole de Sharia4Belgium, Fouad Belkacem. Il s'était adressé à la foule et avait incité par son discours à la discrimination, à la haine et à la violence à l'encontre des non-musulmans, qu'il qualifiait de descendants des porcs et des singes.

Un noyau dur s'était ensuite formé et des policiers avaient été bombardés d'objets. La police avait procédé à 230 arrestations administratives. Quatre jours plus tard, elle avait interpellé Hicham C. Le prévenu avait affirmé avoir cité uniquement des versets coraniques et niait avoir incité à l'émeute. Le ministère public avait toutefois fait remarquer que deux jours avant les faits le prévenu apparaissait dans une vidéo postée sur le site de Sharia4Belgium et annonçait des actions de représailles contre les non-musulmans après la diffusion du film "Innocence of Muslims". "Une pure coïncidence", selon le prévenu. Le tribunal a toutefois estimé les faits avérés.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'était constitué partie civile et a obtenu un euro symbolique. Le Centre avait initialement déposé une simple plainte contre Sharia4Belgium. Il s'était ensuite porté partie civile lorsque le parquet a lancé une procédure judiciaire contre Hicham C.

"Ce genre de propos (tenus par le prévenu) est inacceptable et ne tombe pas sous le couvert de la liberté d'expression. Il s'agit d'un des fondements de la démocratie, d'un des droits fondamentaux mais aucune liberté, même fondamentale, n'est absolue. La loi anti-discrimination n'interdit aucune opinion. Mais lorsque des mots deviennent des actes et suscitent la haine ou la violence, ceux-ci menacent cette liberté fondamentale", considère Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre.

Le Centre souligne que les faits ont été correctionnalisés car il ne s'agissait pas de délits de presse mais bien de messages oraux tenus lors d'une manifestation et dans un film rendu public. Le Centre pour l'égalité des chances rappelle qu'il a déjà déposé plusieurs plaintes contre Sharia4Belgium, notamment pour des propos homophobes et incitant à la haine à l'encontre des non-musulmans.

Jeudi, le ministère public a réclamé devant la cour d'appel d'Anvers, une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 550 euros à l'encontre de Fouad Belkacem, l'ancien porte-parole de Sharia4Belgium. Ce dernier est poursuivi pour incitation à la haine et à la violence contre des non-musulmans via des vidéos diffusées sur internet ainsi que pour harcèlement à l'égard de Frank Vanhecke, le veuf de Marie-Rose Morel. Le Centre pour l'égalité des chances s'est également constitué partie civile dans ce procès.

http://www.lalibre.be//actu/belgique/article/812125/un-an...

06-04-13

Belgique: Marche de solidarité avec ET sans papiers

sans.papiers.vign_marches._fr.jpg

Du 6 au 21 avril, la Marche de solidarité avec ET sans papiers sillonnera la Belgique. Avec ou sans papiers, les marcheur-se-s traverserons le pays, à pied et en train.
Par la rencontre, l’objectif de la marche est d’initier un contre-mouvement à l’actuelle politique migratoire qui exclut et criminalise de plus en plus les migrants ainsi que les personnes solidaires.

Des rencontres/débats, des actions de mobilisation ainsi que d’autres activités plus festives sont au programme.

Départ de la marche Samedi 6 avril :
12h : Manifestation contre la politique d’immigration devant le Petit Château
15h30 : Départ de la Marche en train vers Merelbeke

- Appel de la marche
- Programme de la marche à Bruxelles
- Plus d’infos sur http://marchebelgique.wordpress.com

http://bxl.indymedia.org/